Vous êtes ici

Unifor réclame le versement d’une prime de pandémie et l'accès aux vaccins pour les travailleuses et travailleurs d'épicerie

Colline du Parlement à Ottawa
21 avr 2021 - 0:00

Le 21 avril 2021

TORONTO - Unifor réclame le versement d’une prime de pandémie et un accès prioritaire aux vaccins pour les travailleuses et travailleurs des épiceries et des entrepôts, alors que le nombre de cas de COVID-19 monte en flèche et que les cas de variants plus contagieux sont en hausse.

« Il est honteux que des géants de l'épicerie comme Loblaws et Metro refusent de rétablir la prime de pandémie pour ces travailleuses et travailleurs de première ligne, qui continuent de faire face au risque en allant travailler alors que plusieurs sont à la maison en confinement dans diverses régions du pays, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Comment, en toute conscience, le milliardaire Galen Weston et les conseils d'administration de ces compagnies peuvent-ils nier l’équité salariale en temps de pandémie alors qu'ils engrangent des profits massifs sur le dos des travailleuses et travailleurs essentiels, principalement à temps partiel et à bas salaire? »

Des membres d'Unifor sont actuellement exposés à la transmission de la COVID-19 en milieu de travail dans les épiceries, avec de multiples cas confirmés parmi les travailleuses et travailleurs, mais ils se voient toujours refuser la prime de pandémie ou l'accès accéléré à la vaccination.

Bien qu'Unifor reconnaisse que la société Empire Company Ltd. a rétabli la prime de pandémie pour les employés de ses épiceries Sobeys, Longos, Foodland, FreshCo, Farm Boy, Voila by Sobeys, de certains IGA et de ses entrepôts dans les régions où des ordres de rester à la maison ont été donnés, cette mesure ne tient pas compte du risque réel que courent tous ses employés de première ligne.

Metro a également failli à la tâche, choisissant plutôt de fournir aux employés des cartes-cadeaux de magasin. Metro et les Compagnies Loblaw limitée ont toutes deux refusé à plusieurs reprises de rétablir la prime de pandémie, versée pendant 12 semaines au début de la première vague de la COVID-19 par la plupart des grandes chaînes d'épicerie.

En juin 2020, Unifor s’est opposé à la décision des plus grandes chaînes d’épicerie du Canada de mettre fin à la prime de pandémie de 2 dollars de l'heure pour les employés. Le syndicat a lancé la campagne Un salaire équitable pour toujours pour réclamer que les inégalités historiques dans le secteur soient corrigées.

« Pour ajouter l'insulte à l'injure, il s'agit de sociétés qui refusent de payer des congés de maladie à la grande majorité de leurs employés, alors qu'elles comptent sur une main-d'œuvre à temps partiel en appliquant une stratégie de salaire minimum pour éviter d’offrir des emplois à temps plein décents, a déclaré M. Dias. Loblaw aime pointer du doigt Walmart et d'autres pour justifier sa stratégie de nivellement vers le bas, mais Galen Weston trouve toujours le moyen de se verser, ainsi qu’à ses cadres et à ses actionnaires, des sommes considérables. »

Unifor demande aux gouvernements provinciaux d’accélérer la vaccination de tous les travailleurs essentiels, y compris ceux des épiceries et des entrepôts, afin de réduire le risque de la COVID pour ces héroïnes et héros de première ligne et pour les collectivités qu'ils servent.

« Ces travailleuses et travailleurs doivent se rendre au travail pour que nous puissions manger. Point final. Ils incarnent la définition même de ce qu’est un travailleur essentiel et pourtant ils ne sont pas considérés prioritaires pour la vaccination », a déclaré M. Dias.

Le syndicat réclame de toute urgence l’élargissement de la liste prioritaire de vaccination aux travailleuses et travailleurs de première ligne et essentiels et un congé payé pour que les travailleuses et travailleurs puissent recevoir leur vaccin.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour toute demande de renseignements des médias ou organiser une entrevue par Skype, Zoom ou FaceTime, communiquez avec Kathleen O’Keefe, représentante aux communications d’Unifor, à l’adresse kathleen.okeefe@unifor.org ou au numéro 416-896-3303 (cellulaire).