Vous êtes ici

Les tactiques agressives de CNRL ne régleront pas le conflit à Chetwynd, affirme Unifor

Landscape photo of the Chetwynd gas plant at dusk
20 avr 2021 - 0:00

CHETWYND – Selon Unifor, la multinationale énergétique CNRL tente de forcer les travailleuses et travailleurs à mettre fin à la grève légale de la section locale 449 d’Unifor.

« Les travailleuses et travailleurs du secteur de l’énergie de Chetwynd méritent l’entente type sur les salaires et les avantages sociaux qui a été négocié à l’échelle de l’industrie, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. CNRL doit payer sa juste part. »

Après avoir tenté en vain d’imposer une offre finale aux membres de la section locale 449 d’Unifor à l’usine de gaz de SNRI, l’entreprise tente maintenant d’exacerber les tensions en imposant le même contrat déjà rejeté à d’autres membres d’Unifor des sections locales 686-B et 4960 de la région. Selon Unifor, cette convention est bien en deçà des normes de l’industrie.

« La cupidité de CNRL n’a aucune limite, a indiqué Gavin McGarrigle, directeur de la région de l’Ouest d’Unifor. Les travailleuses et travailleurs du secteur de l’énergie de Chetwynd contribuent à générer une incroyable richesse pour les actionnaires de l’entreprise et ils méritent d’être reconnus par une convention collective équitable. »

Alors que CNRL a récolté près de 7,5 milliards de dollars au cours des trois dernières années, Unifor affirme que les travailleuses et travailleurs de Chetwynd devraient faire partie de l’entente nationale type négociée par Unifor dans les milieux de travail du secteur de l’énergie dans l’ensemble du Canada. Les membres de la section locale 449 sont en grève depuis le 9 mars pour obtenir cette entente type.

Au cours du conflit de travail, l’entreprise a essuyé de nombreuses critiques pour le torchage massif de gaz acide sans en avoir informé la collectivité. Une mauvaise planification de la part des gestionnaires a obligé l’usine à se débarrasser de millions de pieds cubes de gaz acide. Unifor estime que l’usine a brûlé du gaz acide dans ses installations et les pipelines environnants pendant plus de 96 heures précédant ce moyen de pression. Ce torchage a entraîné des odeurs nauséabondes persistantes et répandues dans les zones avoisinantes et soulevé des préoccupations en matière de santé.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour toute demande de renseignements des médias ou organiser une entrevue par Skype, Zoom ou FaceTime, communiquez avec Ian Boyko, représentant aux communications d’Unifor, à l’adresse ian.boyko@unifor.org ou au numéro 778-903-6549 (cellulaire).