Vous êtes ici

Unifor qualifie la « prime d'appréciation » de Loblaw d'insulte aux travailleuses et travailleurs de première ligne

Salaire équitable pour toujours. Les travailleuses et travailleures du commerce de détail ont besoin d'une augmentation.
30 avr 2021 - 0:00

Le 30 avril 2021

L'annonce par Les Compagnies Loblaw limitée d'une « prime d'appréciation » des employés d'une valeur dérisoire est une insulte aux travailleurs et travailleuses, selon Unifor, d'autant plus que son PDG sortant a empoché plus de six millions de dollars l'an dernier.

« La cupidité sans bornes du plus grand détaillant en alimentation du Canada ne connaît aucune limite, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Cette prime dérisoire aux travailleuses et travailleurs d'épicerie de première ligne, qui nous permettent de nous nourrir tout au long de cette pandémie, n'est rien de moins qu'une honte. »

En réponse aux pressions accrues pour rétablir la prime de pandémie de deux dollars l'heure que l'entreprise a retirée aux travailleuses et travailleurs en juin 2020, Les Compagnies Loblaw limitée a plutôt choisi de verser un paiement unique allant d'aussi peu que 25 dollars à un maximum de 175 dollars aux travailleuses et travailleurs à temps plein. Loblaw a également promis des rabais pour les employés dans les épiceries de l'entreprise.

« Loblaw semble déterminée à maintenir les travailleuses et travailleurs sur la corde raide plutôt que de leur verser un salaire décent, alors que les dirigeants de l'entreprise vivent dans le luxe, a déclaré M. Dias. Il est temps que Galen Weston soit tenu responsable de son traitement méprisant des travailleuses et travailleurs. »

Dans son dernier courriel hebdomadaire aux employés, la PDG sortante de Loblaw, Sarah Davis, a écrit : « Nous sommes tous confrontés aux conséquences réelles de cette troisième vague ». Sarah Davis, qui quittera l'entreprise le 6 mai, a reçu une rémunération totale de 6,4 millions de dollars en 2020, tandis que le président exécutif et administrateur Galen Weston a gagné 3,55 millions de dollars.

L'entreprise accordera trois heures de temps payé pour la vaccination à ses employés en dehors des régions où cette mesure est légiférée, comme le réclame Unifor. Parmi les trois plus grandes chaînes d'épicerie, seule Empire Company Ltd. a rétabli la prime de pandémie, tandis que Metro a distribué des cartes-cadeaux à ses employés. 

Unifor continue d’exhorter les gouvernements provinciaux d’accélérer la vaccination de tous les travailleurs essentiels, y compris ceux des épiceries et des entrepôts, afin de réduire l'exposition à la COVID-19 des travailleuses et travailleurs, de leurs familles et de leurs communautés.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour toute demande de renseignements des médias ou organiser une entrevue par Skype, Zoom ou FaceTime, communiquez avec la représentante aux communications, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell).