Vous êtes ici

Search

RESET

Points à prendre en considérations pour les prestations d'urgence à venir ettre

Le 3 avril 2020

L’honorable Ministre Carla Qualtrough, P.C., députée

Ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées

Madame la Ministre,

Objet: Points à prendre en considérations pour les prestations d'urgence à venir

Notre syndicat suit de près les développements concernant les nouvelles mesures d'aide au revenu proposées, y compris la Prestation d'urgence du Canada (PCU) ainsi que la prestation d'assurance-emploi d’urgence. Notre personnel a participé à de nombreuses discussions avec des fonctionnaires fédéraux sur ces questions, au cours des dernières semaines.

L'établissement de nouveaux systèmes et de nouvelles procédures pour faire face au nombre record de demandes d'assurance-emploi au cours des dernières semaines, résultant du virus de la COVID-19, présente une myriade de défis. Je vous félicite, vous et votre personnel, d'avoir tenté d'élaborer un programme d'aide au revenu pour les travailleuses et travailleurs sans emploi qui dépasse les limites de notre système d'assurance-emploi – et de ses règles d'admissibilité rigides et désuètes – pour couvrir un plus grand nombre de travailleuses et travailleurs touchés. La vitesse à laquelle votre équipe travaille est extraordinaire et j'apprécie votre travail acharné.   

Je comprends que les fonctionnaires doivent encore finaliser de nombreux détails clés du programme. Cependant, chaque jour, on constate une plus grande clarté sur la façon dont ce programme se présentera, y compris certains points préoccupants. Il est essentiel que les fonctionnaires fédéraux identifient et traitent le plus grand nombre possible de problèmes majeurs avant le lancement de ces prestations.

Je porte à votre attention un certain nombre de problèmes potentiels dans ces nouveaux programmes qui ont été identifiés par notre syndicat. Nous vous demandons de nous assurer que:

  • Les travailleuses et travailleurs saisonniers, en particulier les travailleurs de la pêche, qui s'attendaient à retrouver un emploi mais qui ne le peuvent plus, sont soit admissibles à une nouvelle aide de la PCU, soit que leurs demandes d'AE expirées soient prolongées pour une période indéterminée;
  • Les travailleuses et travailleurs au chômage, qui reçoivent la prestation d’assurance-emploi d’urgence, sont admissibles aux régimes de prestations supplémentaires de chômage approuvés par Service Canada;
  • Après la période de 16 semaines de prestations d'urgence, les travailleuses et travailleurs admissibles à l'AE puissent passer à une demande complète de prestations régulières, sans pénalité et sans délai d'attente;
  • Malgré l'établissement de prestations d'assurance-emploi spéciales liées à la COVID-19, toutes les demandes admissibles continueront d'être traitées, y compris celles avec les dispositions relatives au « travail pendant une période de prestations » pour les travailleuses et travailleurs ayant des heures de travail réduites;
  • Les travailleuses et travailleurs au chômage, qui ont droit à un taux de prestations supérieur à 500 $ par semaine, recevront un ajustement compensatoire de leur demande qui sera proportionnel à leur perte de revenus;
  • Les travailleuses et travailleurs qui quittent leur emploi pour un « motif valable » peuvent recevoir des paiements de la PCU;
  • Les travailleuses et travailleurs qui fournissent des soins à des personnes vulnérables ou immunodéprimées, et qui n'ont pas contracté la COVID-19, sont admissibles pour recevoir des paiements de la PCU;
  • Les travailleuses et travailleurs dont le revenu a été fortement réduit mais non éliminé, sont admissibles aux prestations d'urgence de la PCU ou de l'AE; et
  • Les travailleuses et travailleurs, tels que les étudiants, les nouveaux arrivants et les personnes souffrant d'une blessure ou d'une incapacité, qui ne sont pas en mesure d'atteindre le seuil de revenu de 5 000 $, pourront accéder à la PCU et à la prestation d’assurance-emploi d’urgence.

Madame la Ministre, je vous invite instamment, ainsi que votre personnel, à examiner et à traiter chacune de ces questions, lors de la finalisation des détails du programme. Il est impératif que votre gouvernement relève ces défis, étant donné l'effet qu'ils auront sur des centaines de milliers de travailleuses et travailleurs.

Notre syndicat est prêt à vous aider de toutes les manières possibles.

N’hésitez à contacter mon bureau directement à l’adresse jerry.dias@unifor.org

 

Sincèrement,

Jerry Dias, Président national

cc. L’honorable Ministre Jean-Yves Duclos, P.C., député, F.R.S.C., L’honorable Ministre Filomena Tassi, P.C., députée, M. Daniel Blaikie, député, M. Dan Albas, député, Mme Louise Chalbot, députée, M. Pierre Laliberté, Mme Judith Andrew, Lana Payne, Scott Doherty, Angelo DiCaro.

cliquez ici pour la lettre

Nouvelles

Modèle de lettre aux employeurs pour le don de fournitures médicales

Document

Mettre à pied des milliers de membres du personnel en éducation aura de graves conséquences sur les progrés scolaires partageable

Document

Le personnel de soutien en éducation est essentiel à la qualité de l’enseignement partageable

Document

LA COVID-19: Nous sommes tous ensemble. Guide de ressources sur la santé mentale

Document

Les compressions de Kenney font mal aux enfants partageable

Document

Ne récompensez pas les employeurs non éthiques qui font appel à des briseurs de grève

Le 2 avril 2020

Le Très honorable Premier ministre Trudeau, P.C., député

Premier ministre du Canada

Monsieur le Premier ministre,

Objet: Ne récompensez pas les employeurs non éthiques qui font appel à des briseurs de grève

Je vous écris aujourd'hui à propos des critères d’admissibilité de la Subvention salariale d'urgence du Canada (SSUC).

Tout d'abord, je tiens à vous remercier d'avoir tenu compte des conseils d'organisations, dont la mienne, qui ont fait valoir que la subvention de 10 % offerte par le programme de subvention salariale temporaire était totalement insuffisante et que ses critères d’admissibilité étaient beaucoup trop étroits. En introduisant une subvention salariale de 75 % des salaires dans le cadre de la SSUC, le gouvernement incitera beaucoup plus les employeurs à maintenir les travailleuses et travailleurs sur leur liste de paye. D'autres mesures de crise, notamment la Prestation d'urgence du Canada, sont également bien accueillies par les travailleuses et travailleurs qui ont désespérément besoin d'un soutien du revenu en ces temps sans précédent. Unifor se réjouit de travailler avec vous pour mieux adapter ces programmes aux besoins des travailleuses et travailleurs au cours des semaines et des mois à venir.

Alors que vous commencez à finaliser les critères d’admissibilité de la SSUC, il est important que vous interdisiez aux employeurs actuellement impliqués dans des conflits de travail qui choisissent de déployer des travailleurs de remplacement (alias des briseurs de grève) d'accéder à la subvention.

En aucun cas, ces employeurs ne peuvent être récompensés par le gouvernement fédéral pour des tactiques antisyndicales. Si des fonds fédéraux sont alloués à des entreprises utilisant des briseurs de grève, cela ne servira qu'à prolonger les conflits de travail, causant ainsi un plus grand préjudice aux travailleurs locaux, à leurs familles et à leur communauté.

Le travail des briseurs de grève est illégal dans deux provinces, le Québec et la Colombie-Britannique, et devrait être interdit dans le secteur fédéral, comme nous en avons discuté par le passé.

Prenons le cas de la raffinerie Co-op à Regina. Plus de 700 membres d'Unifor ont été mis en lock-out par l'employeur depuis le 5 décembre 2019. La Co-op a rapidement fait appel à des briseurs de grève par hélicoptère et a choisi de les loger dans des installations temporaires bon marché. La Co-op a résisté à la négociation d'un accord pendant plus de 118 jours et a récemment ignoré les recommandations d'un médiateur indépendant nommé par le Premier ministre Scott Moe.

Les obstacles auxquels sont confrontés ces travailleurs de raffinerie en lock-out sont nombreux. La dernière chose que ces travailleurs du pétrole et du gaz et leurs familles souhaitent est une généreuse subvention fédérale destinée à un employeur inflexible et avide qui veut leur casser le moral.

Les conditions épouvantables des logements de chantier surpeuplés sont également un sujet qu'Unifor a abordé avec les autorités municipales et provinciales. Quelle que soit l'opinion que l'on a des travailleurs de remplacement, personne ne mérite de faire l'expérience bizarre de logement de la Co-op pendant une crise de santé publique. Ces travailleurs devraient être immédiatement renvoyés dans leur famille avant qu'une épidémie ne se déclare.

Je suis conscient que le lancement de programmes tels que la SSUC dans un délai incroyablement court est une entreprise très difficile pour les décideurs politiques et les fonctionnaires. Cela dit, nous proposons de mettre en place des critères simples pour empêcher les employeurs les plus contraires à l'éthique de bénéficier de l'aide d'urgence. Travaillons ensemble pour donner la priorité aux travailleuses et travailleurs.

Sincèrement,

Jerry Dias, Président national

cc. L’honorable Bill Morneau, P.C., député, l’honorable Carla Qualtrough, P.C., députée, l’honorable Scott Moe, député.

telechargez la lettre

Nouvelles

Pages