Il est temps que l'Ontario se dote de services de garde d'enfants

Comme Armine Yalnizyan l'a récemment écrit à propos de l'Ontario : « Aucune juridiction au Canada n'est mieux équipée pour créer un système d'apprentissage et de garde des jeunes enfants accessible et de haute qualité; un système qui peut réduire les inégalités d'une manière comparable aux écoles et aux soins de santé. » L'Ontario doit agir maintenant pour s'attaquer aux frais élevés, au manque de places réglementées et à la sous-évaluation de la main-d'œuvre des services d'apprentissage et de garde des jeunes enfants.

La Colombie-Britannique, la Nouvelle-Écosse, le Yukon, l'Île du Prince Édouard, Terre-Neuve et Labrador, le Québec, le Manitoba et le Saskatchewan se sont tous associés au gouvernement fédéral pour promouvoir un système public universel de services d'apprentissage et de garde des jeunes enfants. En Ontario, où les frais de garde d'enfants sont parmi les plus élevés au pays, et où il y a une pénurie de places agréées et accessibles, les avantages de ce financement fédéral sont encore plus grands. Les sept villes les plus chères pour la garde d'enfants se trouvent toutes en Ontario, et huit des dix endroits où les frais annuels sont les plus élevés pour la garde des nourrissons au pays proviennent de villes ontariennes. Le plan fédéral visant à atteindre des frais de 10 $ par jour changerait la donne pour les parents, en particulier les mères.

Investir dans des services de garde de qualité ne profite pas seulement aux parents, mais aussi à l'apprentissage et au développement des enfants. Il s'agit de l'une des interventions les plus efficaces pour réduire l'écart entre les enfants riches et pauvres. Les enfants méritent des services de garde de qualité.

Outre les avantages individuels, les avantages économiques plus larges pour la province sont clairs. L'expansion des services de garde agréés sans but lucratif contribuera à la création d'emplois, à l'augmentation du pouvoir d'achat, à l'accroissement de la productivité et à l'augmentation des recettes publiques. 

Le plan fédéral s'éloigne de la mosaïque de programmes et s'oriente vers une base solide pour des services de garde d'enfants véritablement abordables, accessibles, inclusifs et de qualité, sans but lucratif et gérés par l'État. Cela inclut le soutien à la main-d'œuvre des services de garde. Toute stratégie relative à la main-d'œuvre doit inclure les éducatrices et éducateurs de la petite enfance ainsi que tout le personnel et les soutiens supplémentaires qui font fonctionner les garderies.

Unifor exhorte le gouvernement de l'Ontario de s'engager immédiatement à bâtir un système d’apprentissage et de services de garde avec le gouvernement fédéral qui comprend:

  • Un engagement envers le droit de tous les jeunes enfants à accéder à des services de garde d'enfants réglementés, inclusifs et culturellement sécuritaires, y compris l'intégration de cadres antiracistes et anti-oppressifs;
  • Une stratégie d'accessibilité financière qui plafonne les frais à 10 dollars par jour et par famille;
  • Une stratégie de main-d'œuvre qui améliore les salaires, les conditions de travail et le cadre d'apprentissage;
  • Une stratégie d'expansion avec des objectifs explicites qui réduisent les programmes à but lucratif et créent de nouveaux programmes publics et à but non lucratif. Cette stratégie doit donner la priorité à l'expansion dans les communautés et populations mal desservies;
  • Un financement opérationnel et en capital complet et suffisant.[1]

Pour en savoir plus sur la campagne d'Unifor visant à mettre en place des services de garde d'enfants de qualité et abordables en Ontario et pour passer à l'action, consultez le site suivant: www.unifor.org/servicesgardeontario



[1] Pour en savoir plus, consultez le site : https://www.childcareontario.org/roadmap