Unifor condamne l’injonction contre les travailleuses et travailleurs de De Havilland en grève

Partager
Main Image
Image
Unifor members holding strike signs and flags on a picket line at Downsview.

Le 20 août 2021

TORONTO – L'injonction excessive émise par le juge Fred Myers à l'encontre des membres d'Unifor qui sont en grève et font du piquetage devant l’usine de la société De Havilland Aircraft of Canada est un affront aux droits des travailleuses et travailleurs, déclare le plus grand syndicat du secteur privé au Canada.

L’injonction émise par la Cour supérieure de l'Ontario le 17 août 2021 impose aux membres du syndicat des conditions qu'Unifor juge extrêmes et injustes, en plus d’ordonner au syndicat de mettre fin à ses activités de protestation.

« Le juge Myers disposait d'un grand pouvoir discrétionnaire, mais il a choisi de se ranger du côté des intérêts des riches propriétaires de la compagnie plutôt que de ceux de la communauté, des 700 travailleurs et de leurs familles, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Cette injonction vise à faire taire nos membres et à empêcher les travailleuses et travailleurs de tenir une ligne de piquetage pacifique en protestation contre De Havilland. Il est clair que l’on peut s’attendre au pire de la part de ce juge qui semble dépourvu de sens moral. »

Les travailleuses et travailleurs de De Havilland sont en grève depuis le 1er août 2021. Le conflit de travail concerne le futur lieu où la société De Havilland entamera la production du Dash 8.

Après que la société a négocié de mauvaise foi, qu'elle est revenue sur sa parole après s’être engagée à poursuivre les négociations et qu'elle a commencé à utiliser des briseurs de grève à l’usine de Downsview, le syndicat a lancé une manifestation pacifique pour faire pression sur la société, lui demandant de s’engager à ce que la production du Dash 8 reste dans un rayon raisonnable du site actuel de Downsview, au moment éventuel où De Havilland reprendra l’assemblage du Dash 8. Les membres d'Unifor construisent l’avion Dash 8 depuis près de 40 ans.

« Qualifier cette injonction d'abomination est un euphémisme. C’est un autre coup bas pour les droits des travailleurs dans cette province, a ajouté Jerry Dias. C’est ridicule de limiter les activités de piquetage de nos membres à une seule personne qui marcherait sur la ligne de piquetage pendant soixante secondes toutes les cinq minutes et, d’après mon expérience, c’est l'une des pires injonctions que j’ai vues. »

« Cette injonction met de l’huile sur le feu, a déploré Jerry Dias. Ce conflit qui implique De Havilland et sa société mère, Longview Aviation Capital, ne peut se régler qu’à la table de négociation, et non devant les tribunaux ou par la police. Le juge Myers aura sur la conscience la perte de 700 bons emplois en Ontario. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleuses et travailleurs dans tous les grands secteurs de l'économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et travailleuses et leurs droits; il lutte pour l'égalité et la justice sociale au Canada et à l'étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour les demandes de renseignements des médias ou pour organiser des entrevues par Facetime, Zoom, Skype, téléphone ou en personne au sujet du présent communiqué, veuillez contacter David Molenhuis, représentant des communications d’Unifor, à l’adresse @email ou au numéro 416‑575‑7453.