Unifor accueille l’annonce fédérale sur les services de garde d’enfants comme une première étape

Partager
Main Image
Image
Prime Minister Justin Trudeau speaks during a press conference on Thursday, July 8 about the national child care plan his government tabled in April. British Columbia is the first province to sign on to the program – a move Unifor supports

TORONTO – Maintenant que la Colombie-Britannique a adhéré au plan fédéral de services de garde pour les enfants, Unifor demande à toutes les autres provinces de suivre le mouvement.

« L’annonce faite aujourd’hui par le premier ministre Justin Trudeau et le premier ministre John Horgan est un pas dans la bonne direction en faveur de services de garde abordables. Les femmes ne devraient pas avoir à choisir entre leur carrière ou prendre soin de leur famille. »

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a conclu une entente avec le gouvernement libéral fédéral visant à mettre en œuvre un programme destiné à rendre les services de garde pour les enfants de moins de six ans plus abordables : 10 $ par jour dans les garderies réglementées. Ce plan sera mis en œuvre avant 2027 et comprendra la création de 30 000 places supplémentaires en garderie en Colombie-Britannique au cours des cinq prochaines années. Le coût pour les places réglementées sera réduit de moitié d’ici la fin de 2022. Les fonds fédéraux s’ajouteront aux 2 milliards de dollars investis par le gouvernement Horgan depuis 2018.

« Cela fait des décennies que les femmes se battent pour des services de garde d’enfants nationaux. Jamais elles n’ont cessé de militer », a déclaré Lana Payne, secrétaire-trésorière nationale d’Unifor. « Le budget fédéral de cette année a placé les services de garde pour enfants au centre de la reconstruction de notre économie. Et l’accord conclu aujourd’hui en Colombie-Britannique est un important pas de plus dans la relance féministe. »

La Colombie-Britannique est la première province à adhérer au programme national de services de garde du gouvernement du Canada, présenté dans le budget fédéral de 2021, qui promet environ 30 milliards de dollars sur cinq ans pour contribuer à compenser le coût des services d’apprentissage et de garde des jeunes enfants. Lors de sa conférence de presse de jeudi, M. Trudeau a laissé entendre qu’il était en pourparlers avec d’autres provinces.

« Lorsqu’elle a été élue, l’équipe du premier ministre Horgan a mis sur pied un programme de services de garde qui a facilité la vie des Britanno-Colombiens », a déclaré Gavin McGarrigle, directeur régional de l’Ouest d’Unifor. « Le nouveau financement fédéral annoncé aujourd’hui renforcera encore davantage le programme de la Colombie-Britannique. »

Unifor reconnaît le travail acharné de militants tels qu’Un enfant une place et $10aDay.ca de la C.-B., qui ont déployé des efforts considérables pour franchir cette étape importante aujourd’hui.

Au printemps, quand la ministre des Finances Chrystia Freeland a présenté la stratégie du gouvernement en matière de services de garde abordables, elle a qualifié cette initiative de « politique économique féministe ». La pandémie a particulièrement touché les femmes, et seul un budget féministe peut y remédier, affirme Unifor.

Un programme national de services de garde pour enfants à prix abordable contribuerait grandement à rééquilibrer la situation des femmes qui sont écartées du marché du travail alors qu’elles doivent s’occuper des enfants qui restent à la maison après l’école et des parents âgés qui ont besoin de soins.

« L’impact ne se limite pas aux parents — nous dépendons tous de quelqu’un qui dépend des services de garde », a déclaré M. Dias. « La participation des provinces ne leur coûte rien. Il faut soutenir les travailleurs/euses du secteur des garderies qui sont aux premières lignes pendant cette pandémie et veiller au soutien d’une main-d’œuvre bien formée. Comme le dit la ministre Katrina Chen, ils constituent la main-d’œuvre derrière la main-d’œuvre. »

Unifor est le plus important syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs et travailleuses dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat défend tous les travailleurs et travailleuses et leurs droits, lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et s’efforce de créer des changements progressifs pour un avenir meilleur.

Pour les demandes de renseignements des médias ou pour organiser des entrevues par Facetime, Zoom ou Skype, veuillez communiquer avec Ian Boyko, représentant des communications d’Unifor, à @email ou au 778-903-6549 (cellulaire).