Une agente de liaison pour la justice raciale se bat contre la violence anti-asiatique

Partager
Main Image
Image

Peycke Roan se souvient s'être sentie comme une étrangère après un seul regard posé sur elle.

La déléguée syndicale de la section locale 975 de la région de Durham, en Ontario, est entrée dans une laverie en février, juste avant le début de la pandémie l'an dernier, et a remarqué qu'une personne la regardait de travers.

Dans les mois qui ont suivi, les expressions « grippe Kung » et « virus chinois » étaient souvent des insultes raciales adressées aux personnes d'origine asiatique.

« Les gens que je connais depuis de nombreuses années, vous pouvez l'entendre dans leur voix, ils ont très peur de montrer leur visage », explique Peycke Roan, employée chez Enercare.

« Ils ne subissent peut-être pas personnellement du racisme, mais il est là. Le Canada n'est pas à l'abri du racisme. Il est simplement plus subtil, peut-être plus poli. Mais parfois, c’est lui qui vous frappe le plus durement. »

Peycke Roan veut combattre la haine, c'est pourquoi elle s'est jointe à l'équipe de cinq agentes de liaison pour la justice raciale d'Unifor.

Tout au long du mois de mai, reconnu comme le Mois du patrimoine asiatique, elle veut partager son histoire afin de créer un meilleur avenir pour ses jeunes enfants.

« J'ai l'impression que la raison pour laquelle je travaille dur, cela peut paraître cliché, mais je veux vraiment un bon endroit pour mes enfants. Je ne veux pas qu'ils aient l'impression qu'ils seront traités différemment en raison de ce qu'ils sont », a-t-elle déclaré.

Peycke Roan, qui est née à Taïwan mais a grandi aux États-Unis, a immigré au Canada il y a vingt ans avec sa conjointe parce que « le Canada était à l'époque l'un des deux pays qui permettaient aux couples de même sexe d'immigrer ».

Elle a perdu sa conjointe à la suite d'un cancer l'année dernière.

Peycke Roan a déclaré que si, personnellement, elle n'a pas été confrontée à beaucoup de racisme pendant la pandémie, on ne peut pas en dire autant de nombreux autres Asiatiques en Amérique du Nord. En mars, un homme armé a abattu huit personnes – dont six femmes asiatiques – dans trois spas d'Atlanta.

À Toronto, les crimes haineux ont augmenté de 51 % en 2020 par rapport à 2019 (de 139 à 210).

« Les agressions liées à la haine ont doublé, passant de 25 en 2019 à 50 l'année dernière, les communautés chinoise et indienne étant les victimes les plus fréquentes », selon les chiffres du Toronto Star.

Selon Statistique Canada, « les médias et les rapports de police [affirment] que, depuis le début de la pandémie de COVID-19 en 2020, plus de 600 incidents anti-asiatiques ont été signalés dans sept provinces, et à Vancouver spécifiquement, les incidents de crimes haineux anti-asiatiques ont augmenté de 878 % par rapport à 2019 ».

« Je dois défendre les intérêts de mon peuple, parce que [nous le voyons] aux informations, une vieille dame se fait pousser dans la rue et un vieil homme s'est fait frapper par derrière, a déclaré Peycke Roan. Nous ne sommes pas ici pour être ‘les jetons’ du syndicat, nous sommes ici pour vraiment faire quelque chose. »

En sa qualité d'agente de liaison pour la justice raciale, elle s'efforce d'obtenir des données sur les travailleuses et travailleurs racialisés au sein d'Unifor afin de déterminer où se situent les écarts.

« Si nous continuons à travailler à ce changement, peut-être que dans 20 ou 30 ans plus tard, ce ne sera plus un problème de savoir à côté de qui vous travaillez pendant que vous fabriquez une voiture », a-t-elle déclaré.