Un panel s'attaque au racisme sous toutes ses formes

Partager
Main Image
Image
Diverse group of panelists on zoom.

Réunis quelques jours seulement après une attaque raciste à Atlanta, en Géorgie, les participantes et participants à un récent webinaire sur la justice raciale se sont penchés sur l'histoire du racisme au Canada et aux États-Unis, et sur le travail qui doit être accompli à l'avenir.

« Nous avons assisté à un acte violent de racisme la semaine dernière », a déclaré Christine Maclin, directrice du Service des droits de la personne d'Unifor, en ouvrant la séance par la lecture des noms des six femmes asiatiques tuées à Atlanta, ainsi que des deux hommes.

« Elles ont été attaquées parce qu'elles étaient des femmes et parce qu'elles étaient asiatiques. »

Le webinaire « Ensemble pour la justice raciale » a eu lieu le 20 mars dans le cadre du Projet de solidarité nord-américaine, auquel Unifor participe avec plusieurs autres syndicats en Amérique du Nord.

Les participantes et participants ont partagé des histoires de racisme dont ils ont été victimes, tant au travail que dans leur enfance.

Margaret Olal, une employée d'hôtel en Colombie-Britannique qui a participé à la syndicalisation de son lieu de travail, a raconté l'histoire d'une famille séjournant à son hôtel qui lui a dit de « retourner d'où elle venait » et lui a lancé des insultes racistes.

Ses collègues et son supérieur lui ont dit d'ignorer l’événement et de continuer à travailler. La plupart de ses collègues étaient des travailleuses et travailleurs de couleur qui avaient souvent été confrontés au racisme au travail.

« Ils n'en parlaient pas. Pourquoi ? Parce qu'ils avaient peur et que c'était le seul emploi qu'ils avaient, a déclaré Margaret Olal. J'ai porté cela en moi pendant de nombreuses années jusqu'à ce que nous soyons syndiqués. »

Elle n'était pas seule.

Nathan Walters, de l’Union des travailleurs des services publics d’Amérique (UWUA), a raconté l'histoire de manifestants, dont des membres du Ku Klux Klan, qui ont lancé des pierres sur son autobus scolaire pendant le mouvement d'intégration à Pontiac, au Michigan.

« Des enseignants blancs avaient peur de nous et des enseignants noirs essayaient de nous protéger. »

Marie-France Fleurantin d'Unifor Québec a raconté l'histoire d'une voisine, lorsqu'elle grandissait dans une banlieue de Montréal, lui disant qu'elle ne pouvait pas entrer dans la maison parce qu'elle était noire.

« Je ne comprenais rien. Je ne comprenais pas ce qui se passait. »

Zenei Cortex, ambassadrice de l'équité du syndicat National Nurse United aux États-Unis, a déclaré que le racisme devient institutionnalisé dans les lieux de travail, y compris dans les soins de santé, où il affecte à la fois les travailleuses et travailleurs de couleur et leurs patients racialisés.

« Au cours de mes 41 années en tant qu'infirmière, j'ai vu comment le racisme rend malade et tue nos patients. »

Zenei Cortex a déclaré que les personnes de couleur ne représentent que 24,1 % du personnel de santé aux États-Unis, mais 54,1 % des décès attribués à la COVID-19. Les travailleuses et travailleurs de couleur reçoivent souvent un EPI inadéquat, ou on leur dit de réutiliser l'EPI plus souvent que leurs collègues blancs, a-t-elle raconté.

Les participantes et participants ont également fait part du travail accompli par leurs syndicats sur leurs lieux de travail et dans leurs communautés pour lutter contre le racisme et bâtir des liens de solidarité, par l'éducation, la formation et la négociation collective.

Interrogé par Christine Maclin sur ce que signifie être un bon allié, Reid Magette, du syndicat américain des TUE, a répondu que cela signifiait écouter, ne pas essayer de parler au nom des travailleuses et travailleurs de couleur et utiliser son privilège pour aider.

« Soyez présents à ces manifestations et faites savoir à la structure du pouvoir blanc en place que vous ne serez pas complices de ses jeux », a-t-il déclaré.

Le panel s'est conclu par une allocution de la professeure Linda Murray, défenseure en matière de justice sociale, qui a raconté l'histoire de sa petite-fille, engagée dans la lutte contre l'injustice raciale malgré les inquiétudes de son père pour sa sécurité.

« Elle comprend le racisme. Elle en a assez. Elle va faire quelque chose pour y remédier. Elle a 18 ans », a déclaré Linda Murray.

Les attaques d'Atlanta montrent que la suprématie blanche est bien vivante, a déclaré Linda Murray.

« La fureur, et non la fierté, est dans mon cœur. Lorsque nous regardons les événements de la semaine dernière à Atlanta, nous devons être clairs sur ce qui se passe ici », a-t-elle déclaré.

« C'était un acte de racisme. »