Les travailleuses et travailleurs de Nestlé en grève à Toronto

Partager
Main Image
Image
Des membres de la section locale 252 d'Unifor en grève à l'usine Nestlé à Toronto.

Le 1er mai 2021

TORONTO – Plus de 470 travailleuses et travailleurs ont débrayé samedi à minuit dans une usine de Nestlé Canada à Toronto, après l'échec des négociations contractuelles entre la section locale 252 d'Unifor et l’entreprise de fabrication de chocolat.

« C'est un triste état de fait, a déclaré Eamonn Clarke, président de la section locale 252 d'Unifor. La porte a été ouverte au travail précaire et l'entreprise en a profité, l'utilisant pour se remplir les poches, faire plus de profits, et elle ne veut rien partager avec les travailleuses et travailleurs. »

Les travailleuses et travailleurs, qui produisent les marques Kit Kat, Aero, Coffee Crisp et Smarties, sont en grève légale depuis minuit le 30 avril.

Eamonn Clarke a déclaré qu’il y a quelques conventions déjà, le comité avait travaillé pour que les travailleuses et travailleurs contractuels – environ 80 d'entre eux – deviennent permanents sur une base temporaire.

Nestlé a accepté chaque année d'en prendre 10 de plus et de les faire passer au statut P1, ce qui les accorderait le statut permanent et leur donnerait droit aux avantages sociaux.

« Un travail à temps plein devrait signifier un emploi à temps plein, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Le travail précaire, et plus précisément le recours à des travailleuses et travailleurs temporaires dans une capacité permanente à temps plein, est un problème croissant. Nestlé devrait avoir honte de recourir au travail à la demande, en particulier en pleine pandémie. »

Il y a quelques travailleuses et travailleurs temporaires chez Nestlé qui, depuis plus de deux ans, ne reçoivent pas 1 000 heures par an. L'entreprise a déclaré qu'elle ferait passer automatiquement les travailleuses et travailleurs temporaires au statut de temps plein lorsqu'ils atteindraient 8 000 heures – un exploit impossible, surtout s'ils ont des obligations familiales.

« L'entreprise se traîne les pieds », a déclaré M. Dias.

Outre la classification des employés temporaires chez Nestlé, les membres cherchent également à obtenir de meilleures cotisations au régime de retraite.

Aucune date n'a encore été fixée pour la reprise des négociations, mais la section locale 252 est prête à retourner à la table à tout moment.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour obtenir de plus amples informations, contactez la directrice des communications d’Unifor, Natalie Clancy: mailto:@email ou au (416) 707-5794.