Les journalistes du National Post ratifient une première convention collective qui augmente les salaires

Partager
Main Image
Image
National Post and Toronto Sun newspaper boxes.

Les journalistes du National Post ont ratifié leur première convention collective, laquelle prévoit des hausses salariales, la rémunération des heures supplémentaires et un engagement à aborder la question de la diversité dans la salle de rédaction.

« Il ne s'agit pas seulement d'une première convention collective, mais d'une très bonne journée pour les journalistes du National Post qui ont aujourd'hui réglé les inégalités salariales et obtenu une voix dans leur milieu de travail », a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor.

Les 42 journalistes de la salle de rédaction du National Post ont voté massivement en octobre dernier pour se joindre à Unifor, et ont ratifié lundi leur première convention collective.

L’entente conclue prévoit que les salaires de la salle de rédaction augmenteront en moyenne de 8,25 % au cours de la convention collective de deux ans. Certains employés bénéficieront d'augmentations à deux chiffres.

Les journalistes du National Post peuvent désormais réclamer des heures supplémentaires, déposer des griefs en vue d'un arbitrage exécutoire, poursuivre des questions d'intégrité rédactionnelle, exercer des droits d'ancienneté et recevoir une indemnité de licenciement et une indemnité de départ améliorées en cas de mise à pied, parmi une longue liste d'améliorations. Les employés ayant 20 ans de service ou plus se verront restituer une sixième semaine de vacances.

Dans une première pour les journaux canadiens, les candidats issus des communautés noires, autochtones et racialisées aux postes vacants auront la priorité lors d'entretiens avec des candidats relativement égaux et dans l'embauche de stagiaires.

« Nous avons été en mesure de conclure cette entente et d'obtenir des améliorations importantes grâce au travail acharné du comité de négociation et au soutien des membres », a déclaré Howard Law, représentant national d'Unifor, qui a participé aux négociations.

Les journalistes sont membres de la section locale 87-M d'Unifor, qui représente les travailleuses et travailleurs du sud de l'Ontario, notamment des grands quotidiens Toronto Star, Globe and Mail et Toronto Sun.