Les histoires de travailleuses et travailleurs ont marqué le 1er mai

Partager
Main Image
Image
Zoom meeting frames with Viri Gomez ILWU-Canada, Andrew Russo Unifor,  Lana Payne Unifor, James Lewis UE, Tristan Hughes EWOC, Karla Garcia-Mejia UWUA

Unifor a souligné le 1er mai la fin de semaine dernière avec des histoires provenant de toute l'Amérique du Nord sur des travailleuses et travailleurs qui ont trouvé une nouvelle raison de militer en 14 mois de défis liés à la COVID-19. 

« Nous savions que le fait d'avoir un syndicat nous donnerait la possibilité de défendre nos patients sans crainte de représailles », a affirmé Lori Hedrick, une infirmière nouvellement syndiquée à Asheville, en Caroline du Nord, au sein du National Nurses Union.

Lori Hedrick s'est exprimée lors du webinaire en ligne d'Unifor à l’occasion du 1er mai, organisé dans le cadre du Projet de solidarité nord-américaine et animé par la secrétaire-trésorière d'Unifor, Lana Payne.

Rosemary Feurer, professeure agrégée au département d'histoire de la Northern Illinois University, s’est jointe au webinaire.

« Je suis tout simplement époustouflée par toutes ces belles histoires, a déclaré Mme Feurer. Nous trouvons une stratégie même au milieu des pires situations et l'action collective nous permet d’y arriver. »

Mme Feurer a raconté l'histoire des émeutes de Haymarket à Chicago en mai 1886, lorsque les travailleurs sont descendus dans la rue pour lutter pour des droits fondamentaux, et ont été confrontés à une réponse violente de la police.

« La rue est à nous. Les mouvements de masse sont les nôtres. Les personnes qui s'opposent aux pouvoirs des travailleuses et travailleurs veulent toujours restreindre notre utilisation de la rue », a déclaré Mme Feurer.

L'événement en ligne comprenait des liens vidéo vers des rassemblements de rue organisés à Montréal, auxquels participaient des membres d'Unifor Québec, et à Mexico.

Andrew Russo, nouveau membre d'Unifor, qui s'apprête à négocier une première convention collective à l'aquarium Ripley à Toronto, a déclaré que les travailleuses et travailleurs avaient besoin d'un syndicat avant la pandémie, mais que la COVID-19 a renforcé ce besoin.

« Avoir enfin une voix et une voie pour obtenir les améliorations nécessaires et s'assurer que toutes les personnes sont traitées équitablement, aussi bien que les animaux, c'est vraiment remarquable. »

James Lewis, étudiant diplômé en mathématiques à l'Université d'État du Nouveau-Mexique, a déclaré que la pandémie a particulièrement touché les étudiants internationaux.

« Ils sont le principal groupe d'étudiants à utiliser la banque alimentaire sur le campus », a-t-il dit, ajoutant que les étudiants internationaux sont aussi souvent menacés d'être renvoyés chez eux.

« Un professeur ou l’administration veut qu'une tâche soit accomplie, et ils disent que si vous n'accomplissez pas cette tâche spécifique, qui sait ce qui se passera avec votre visa le semestre prochain. C'est une situation assez horrible. »

Tristan Bock-Hughes a décrit ses efforts pour aider les travailleuses et travailleurs à se syndiquer pendant la pandémie de COVID-19 en tant que membre du Comité de syndicalisation urgente des lieux de travail, un projet conjoint des Travailleurs unis de l’électricité et des Socialistes démocrates d’Amérique.

« L'un des principaux objectifs du Comité est de former et d'encadrer les travailleuses et travailleurs pour qu'ils deviennent des recruteurs à vie dans les ateliers. Notre objectif est de ne jamais faire pour les travailleurs de la base ce qu'ils peuvent faire pour eux-mêmes », a déclaré Tristan Bock-Hughes.

Viri Gómez, débardeuse de la section locale 519 de l'ILWU-Canada et représentante des jeunes de la Fédération internationale des transports, a souligné la nécessité des mesures de santé et de sécurité au travail pour tous les travailleurs et travailleuses.

« La santé et la sécurité ont été l'un des problèmes les plus présents et sans fin auxquels les travailleuses et travailleurs sont confrontés dans toutes les industries », a-t-elle déclaré.

« Nous n'avons pas besoin d'un système basé sur les amendes, nous avons besoin de lois plus fortes qui empêchent les employeurs négligents de tuer nos travailleuses et travailleurs. La mort d'un travailleur peut survenir soudainement, ou lentement pendant très longtemps. »

Lorsque la COVID-19 a frappé, Karla Garcia-Mejia du syndicat UWUA s'est inquiétée de trouver des soins sécuritaires et adéquats pour ses deux enfants, tout en essayant de se dire en sécurité au travail, car les clients ignoraient les protocoles de pandémie sur lesquels elle s'appuyait pour éviter de ramener le virus à la maison.

« Je suis reconnaissante d'avoir pu travailler pendant la pandémie, mais elle a aussi apporté quelques difficultés », a-t-elle déclaré.

« Heureusement, j'ai pu obtenir le soutien du syndicat, et être en mesure d'obtenir des congés, et de déterminer les prochaines étapes et qui va rester avec mes enfants. »