Les chauffeurs d’autobus scolaires se disent en faveur d’une éventuelle grève si les négociations devaient échouer

Main Image
Image
Autobus scolaire avec des drapeaux Unifor
Partager

AJAX/WHITBY– Les chauffeurs d’autobus scolaires employés par la multinationale First Student ont voté à une écrasante majorité en faveur du déclenchement éventuel d’une grève, avec 95 % des voix, si un accord de principe n’est pas conclu.

« Tous les efforts seront déployés pour dénouer cette impasse, mais au bout du compte, la responsabilité de ces chauffeurs est énorme et l’employeur, les conseils scolaires et le gouvernement provincial doivent les reconnaître et les rémunérer convenablement pour leur travail », a déclaré Naureen Rizvi, directrice de la région de l’Ontario d’Unifor.

La section locale 4268 d’Unifor représente environ 205 chauffeurs d’autobus scolaires qui travaillent pour DSTS Durham Student Transportation Services, TSTG Toronto Student Transportation Group et d’autres clients à divers endroits dans l’est de la région du Grand Toronto/Durham. Le service pourrait être interrompu pour une portion ou la totalité des clients si les parties ne parviennent pas à un accord de principe d’ici le mercredi 2 mars 2022.

« Durant la pandémie, les chauffeurs ont assuré ce service essentiel en assumant des responsabilités supplémentaires, en plus des conditions stressantes normales de leur métier. En Ontario, la constante pénurie de chauffeurs d’autobus scolaires est encore plus marquée que jamais en raison de la pandémie », a déclaré Debbie Montgomery, présidente de la section locale 4268 d’Unifor. « À mon avis, il n’est pas raisonnable de traiter ainsi des personnes à qui nous confions nos enfants. Nous demandons simplement que chaque chauffeur d’autobus scolaire reçoive le respect et la rémunération qui conviennent pour les tâches importantes qu’il accomplit jour après jour. »

Les chauffeurs d’autobus scolaires conduisent de grands véhicules commerciaux avec jusqu’à 70 enfants à bord et aident les élèves ayant des besoins particuliers à participer à des programmes ou à se rendre à l’école, le tout selon un horaire rigoureux. Bien souvent, les chauffeurs d’autobus scolaires ont plusieurs itinéraires ou destinations dans leur emploi du temps.

« La conduite d’un autobus scolaire est un investissement à temps plein pour un emploi à temps partiel », a déclaré Len Poirier, directeur du transport routier d’Unifor. « Nous cherchons à ancrer un niveau de respect et de dignité accru pour ces chauffeurs, alors que le recrutement et la rétention dans cette industrie demeurent un problème. Le fait que l’industrie exige tant de ces chauffeurs, mais refuse de les reconnaître pour leur engagement, est très préoccupant. »

La convention collective actuelle a pris fin le 7 décembre 2021.

« L’objectif est de parvenir à l’accord de principe préconisé avant la date limite du 2 mars 2022, mais ces chauffeurs ont fait entendre leur voix et ont apporté leur soutien à leur comité de négociation élu », a déclaré Mme Rizvi.

Principal syndicat des chauffeurs d’autobus scolaires de l’Ontario, Unifor représente d’autres sites de chauffeurs et de mécaniciens d’autobus scolaires de First Student et Stock Transportation dont les conventions collectives viennent à échéance dans un avenir proche..

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada et représente 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat défend tous les travailleurs et leurs droits, lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et s’efforce de créer des changements progressistes pour un avenir meilleur.

Pour les demandes de renseignements des médias ou pour organiser une entrevue sur Skype, Zoom ou Facetime, veuillez contacter Kathleen O’Keefe, représentante aux communications d’Unifor, à @email ou au 416-896-3303 (portable).

Media Contact

Kathleen O'Keefe

Représentante aux communications
Email