Le premier ministre Kenney a tort: nos enfants ont encore besoin du personnel de l'éducation pendant la pandémie

Partager
Main Image
Image

Dans l'après-midi du samedi 28 mars, un moment choisi qui ne laisse aucun doute sur le fait qu'il cherchait à éviter autant que possible l'attention des médias, le gouvernement du premier ministre albertain Jason Kenney a envoyé un courriel aux conseils scolaires annonçant une réduction de 14 % dans le réseau de l’éducation.

Une fois que les conseils scolaires auront fini de s'adapter à ce changement, la nouvelle compression de Jason Kenney dans le secteur de l'éducation pourrait se traduire par 20 000 mises à pied d’aides pédagogiques et d'autres membres du personnel d’aide à l’éducation qui contribuent à la qualité des écoles de l'Alberta.

L'effet des mises à pied généralisées dans le secteur de l'éducation sur les enfants se fera sentir avec acuité à une période où les parents et le personnel enseignant ont déjà du mal à répondre aux besoins des élèves dans un environnement nouveau et difficile. Loin d'être superflu, le personnel d’aide à l'éducation est essentiel à la prestation d'un enseignement de haute qualité.

Les aides pédagogiques sont souvent les premiers à soutenir les élèves ayant des besoins divers, allant de l'autisme aux besoins liés aux difficultés d'apprentissage ou de comportement, en passant par les enfants ayant des antécédents de traumatisme. (Ce soutien, soit dit en passant, est constant depuis le début de l'épidémie).

Les relations et la confiance établies entre les aides pédagogiques et les élèves ont pris du temps à se développer et seront importantes dans les semaines à venir, car les élèves doivent faire face à un nouvel environnement d'apprentissage dans ce qui sera pour beaucoup une période émotionnellement confuse et difficile.

Le fait de priver le système éducatif de l'Alberta de milliers de membres du personnel d’aide à l'éducation aura un effet irréversible sur les progrès scolaires. En clair: les élèves prendront du retard. Les concepts de base non appris ce printemps signifient que les élèves commenceront les cours l'automne prochain en étant désavantagés.

Il est impossible de dire si Jason Kenney sait tout cela, car il n'y a eu aucune conversation avec les travailleuses et travailleurs de l'éducation ou leur syndicat avant son annonce précipitée. Mais l'ignorance n'est pas la seule excuse de Jason Kenney ces derniers temps.

La ministre de l'Éducation Adriana LaGrange a affirmé que les compressions sont nécessaires pour rediriger des millions de dollars de financement de l'éducation vers les soins de santé. Dresser les programmes de base les uns contre les autres est plus que cynique, c'est une trahison du rôle même du gouvernement. C'est ignorer la responsabilité du gouvernement de protéger les plus vulnérables de la société pendant les périodes de ralentissement économique.

Prétendre que le financement de l'éducation est nécessaire pour les soins de santé est, bien sûr, un faux choix. Ne cherchez pas plus loin que les autres provinces qui tentent de faire face à la COVID-19. D'autres juridictions ont également fermé des écoles par mesure de sécurité, mais aucune n'a décidé de dévaloriser l'éducation des enfants au nom de la lutte contre la pandémie.

La réponse des gouvernements ailleurs montre la voie au gouvernement sans vision de Jason Kenney. Le gouvernement fédéral et la plupart des provinces ont pris des mesures audacieuses pour protéger les travailleuses et travailleurs et les familles afin de réduire l'impact du ralentissement de l'économie.

Maintenir les employés du secteur public au travail, et donc maintenir les dépenses, est un rôle clé que le gouvernement peut jouer à un moment où de larges pans du secteur privé sont en difficulté.

Les défis de la COVID-19 signifient que nous devrions maintenir autant de normalité que possible pour les enfants. Les services d'éducation fournis par le gouvernement sont des moyens à portée de main pour y parvenir. L'éducation publique est dispensée par des experts expérimentés, elle est bien connue et elle génère ses propres rendements futurs.

L'Alberta n'a pas besoin de réactions impulsives qui font plus de mal que de bien. Nous méritons des idées créatives sur la façon de maximiser le talent de nos travailleuses et travailleurs en éducation. Comme jamais auparavant, nous disposons de la technologie nécessaire pour améliorer l'expérience de l'enseignement à distance. Profitons de nos forces, ne créons pas de nouvelles faiblesses.

CLIQUEZ ICI pour envoyer un message à votre député provincial