Le Fonds de justice sociale fait don de 158 000 $ à des refuges pour femmes au Canada

Main Image
Image
Deux femmes portant des masques se tiennent à côté d'une table, drapée de violet.
Partager

Pour souligner le 32e anniversaire du massacre de Montréal et la Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes du 6 décembre, Unifor – par l'entremise de son Fonds de justice sociale – a fait un don de 2 000 $ à 79 refuges au Canada, pour un total de 158 000 $.

« Les refuges locaux fournissent une aide vitale en tant que fournisseurs de première ligne de services de crise aux femmes et aux enfants qui subissent de la violence familiale », a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor.

« Les femmes du monde entier sont confrontées à une double pandémie. Elles sont confrontées à la violence de leur partenaire et des hommes de leur famille et doivent faire face au carnage économique qui accompagne la pandémie. »

Selon Jerry Dias, les dons sont utiles et constituent un pas dans la bonne direction, mais ils ne peuvent remplacer le type d'action systémique que les gouvernements et les employeurs peuvent entreprendre pour éliminer le besoin de refuges. Cela inclut des mesures directes pour éliminer l'inégalité des genres, le harcèlement sexuel et la violence.

Unifor a fait activement campagne pour l'élaboration et la mise en œuvre d'un plan d'action national contre la violence fondée sur le genre. Ce plan doit inclure des mesures spécifiques afin de répondre aux recommandations du rapport d'enquête sur les FFADA.

Unifor a également mis l'accent sur l'élimination du harcèlement et de la violence sur le lieu de travail.

La ratification de la Convention 190 de l'Organisation internationale du travail contribuera à renforcer les lois canadiennes pour atteindre cet objectif.

« Pendant la pandémie, nous constatons une pression accrue sur les refuges pour fournir des services », a déclaré Lisa Kelly, directrice du Service de la condition féminine d'Unifor.

« Nos dons sont associés à un militantisme continu pour s'attaquer aux racines de l'inégalité entre les genres. Nous avons vu des inégalités préexistantes exacerbées par la pandémie. Nous restons engagés à la table de négociation, et dans notre action politique, à faire pression pour un changement systémique. »

Plusieurs sections locales d'Unifor au Canada ont également fait leurs propres dons aux refuges de leur région.
 

Le syndicat a organisé une vigile en ligne le 6 décembre 2021, non seulement pour commémorer les 14 victimes de la fusillade de l'École Polytechnique de Montréal et la vie de toutes les femmes blessées ou tuées à cause de la violence fondée sur le genre, mais aussi pour mettre en place des mesures que les hommes peuvent prendre pour prévenir la violence fondée sur le genre. En nommant la source de la violence, nous pouvons nous concentrer plus clairement sur la recherche de solutions.

Le programme révolutionnaire des intervenantes auprès des femmes d'Unifor forme des représentantes sur le lieu de travail pour aider les femmes en cas de harcèlement et d'abus. Ce programme a été adapté par des fédérations syndicales internationales et a récemment été étudié par le Tribunal du travail au Brésil.

Image
Image
Quatre femmes tenant un chèque surdimensionné.