5 000 travailleurs d'Unifor en grève dans le secteur du transport en commun à Vancouver

Partager
Main Image
Image

Les membres des sections locales 111 et 2200 d'Unifor ont commencé des mesures de grève le 1er novembre après que l'employeur a refusé d'améliorer les conditions de travail, les avantages sociaux et les salaires.

« Il n'y a pas eu d'offre sérieuse de la part de la compagnie depuis que nous avons signifié l'avis de grève, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. En d'autres termes, l'entreprise se sent très à l'aise avec une action syndicale à l'échelle du réseau. »

Unifor représente 3 800 opérateurs de transport en commun et près de 1 000 employés de métiers spécialisés et d'entretien chez Coast Mountain Bus Company, l'entreprise engagée par Translink, l'autorité régionale de transport en commun. Pendant la première phase de l'action collective, les opérateurs ont refusé de porter l’uniforme et les travailleurs d'entretien ont refusé d’exécuter des heures supplémentaires.

Des pourparlers contractuels sont en cours depuis des mois, mais l'employeur n'a fait aucune tentative pour répondre aux préoccupations les plus importantes des membres d'Unifor. Le syndicat dit que le système est sous pression et que les membres d'Unifor en subissent les conséquences avec une hausse des agressions et des horaires trop serrés pour les pauses sanitaires.

« La région métropolitaine de Vancouver connaît une expansion sans précédent du transport en commun, mais les travailleuses et travailleurs ne peuvent être négligés, a déclaré Gavin McGarrigle, directeur de la région de l’Ouest d'Unifor. Ce n'est pas un système de transport en commun de classe mondiale si les opérateurs sont traités comme des citoyens de seconde classe. »

Gavin McGarrigle affirme que, sans progrès sur les questions fondamentales, près de 5 000 membres vont intensifier les mesures d'action collective au cours des prochaines semaines.

Il n'y a pas d'autres pourparlers prévus.