Vous êtes ici

Les travailleuses et travailleurs d’Extendicare votent fortement et symboliquement pour la grève – si seulement ils pouvaient en déclencher une

12 juin 2019 - 0:00

TORONTO - Des centaines de travailleuses et travailleurs d’Extendicare provenant de dix foyers de soins de l'Ontario ont voté à 96 p. cent en faveur de la grève après qu'on leur a demandé: « S'il était légal pour vous de faire la grève, seriez-vous prêt à le faire pour obtenir un contrat équitable? »

« Ce vote symbolise la frustration extrême que ressentent les travailleuses et travailleurs de la santé de toute la province, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. Nos membres chez Extendicare travaillent tous les jours avec des effectifs insuffisants, ce qui les empêche de fournir les soins que leurs résidents méritent. L'entreprise doit s'attaquer aux mauvaises conditions de travail qui ont entraîné une pénurie massive de préposés aux services de soutien à la personne en Ontario. »

Les votes ont eu lieu aux foyers d’Extendicare à Chatham, Kingston, London, Napean, Oakville, Ottawa, Port Stanley, Sault Ste. Marie et Windsor.

« La solution à la crise des soins de longue durée n'est pas compliquée. Extendicare doit offrir aux travailleuses et travailleurs des salaires raisonnables et un lieu de travail sûr. Lorsque les travailleuses et travailleurs sont bien traités et bien rémunérés, ils peuvent offrir de meilleurs soins aux résidents. C’est aussi simple que ça », a déclaré Jerry Dias.

Selon Hugh Armstrong, professeur à la retraite de l'Université Carleton, le gouvernement de l'Ontario fournit moins de ressources aux soins de longue durée et rémunère moins les travailleuses et travailleurs que toute autre province et tout autre pays de l'OCDE, selon la plupart des mesures. Hugh Armstrong est actuellement professeur émérite en travail social et économie politique.

« Je ne suis pas surpris qu'une majorité écrasante de travailleuses et travailleurs d'Extendicare votent en faveur de la grève, a déclaré Andy Savela, directeur du secteur des soins de santé d’Unifor. Les conditions de travail déplorables, y compris le manque de personnel quotidien, ont conduit un trop grand nombre de préposés aux services de soutien à la personne à s'épuiser et à quitter complètement le domaine. »

La Loi sur l'arbitrage des conflits de travail dans les hôpitaux (LACTH) interdit les grèves et les lock-out lorsque la négociation collective concerne les employés des hôpitaux et des foyers de soins de longue durée.

« Nous refusons d’être contraints par intimidation de conclure une entente qui n’est pas à la hauteur de ce que nos membres méritent. Nous avons l’appui des résidents, des familles et de la communauté. Nous sommes déterminés à combattre le gouvernement Ford sur tous les fronts à cet égard », a déclaré M. Savela.

Unifor, de concert avec la Coalition ontarienne de la santé, a organisé des tables rondes sur la pénurie de main-d'œuvre dans l'ensemble de l'Ontario, réunissant des intervenants, notamment des employeurs, des collèges, des politiciens, des membres de la famille et des citoyens concernés, ainsi que des fournisseurs de soins de première ligne.

« La tactique de l'employeur est d'offrir des augmentations salariales inférieures à l'inflation et de forcer les travailleuses et travailleurs à l'arbitrage, a déclaré Kelly-Ann Orr, représentante nationale d’Unifor. Il semble toujours que l'argent soit disponible pour les avocats, mais pas pour les préposés aux services de soutien à la personne qui s'occupent de nos proches. L'employeur doit réévaluer sa stratégie et commencer à s'attaquer aux pénuries de préposés aux services de soutien à la personne. »

La version complète du rapport des réunions en table ronde sera diffusée en septembre. 

Unifor représente plus de 30 000 travailleuses et travailleurs des soins de santé, notamment dans les hôpitaux, les soins de longue durée, les services d’urgence, et les services sociaux et communautaires. Il est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleuses et travailleurs de tous les principaux secteurs économiques. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Hamid Osman, représentant national aux communications d’Unifor, au numéro 647-448-2823 (cell.) ou à l’adresse hamid.osman@unifor.org.