Vous êtes ici

Les chauffeurs d'autobus scolaires sont en faveur d'une grève si les négociations échouent

Les chauffeurs d'autobus scolaires sont en faveur d'une grève si les négociations échouent
29 avr 2019 - 0:00

TORONTO – Les chauffeurs d'autobus scolaires employés par la multinationale Stock Transportation ont confié de solides mandats de grève à leur syndicat, votant 94 p. cent et 95 p. cent en faveur, parce que les négociations contractuelles n’aboutissent pas à un règlement.

« Nous allons travailler d'arrache-pied pour sortir de cette impasse, mais ces chauffeurs ont une énorme responsabilité et l'employeur, les conseils scolaires et le gouvernement provincial doivent reconnaître leur travail et les rémunérer adéquatement », a déclaré Naureen Rizvi, directrice de la région de l’Ontario d’Unifor.

La section locale 4268 d’Unifor représente environ 575 chauffeurs d'autobus scolaires qui fournissent des services au TDSB, au conseil scolaire francophone, au TCDSB et à d'autres clients à divers endroits dans le Grand Toronto. Une partie ou la totalité des clients pourraient subir des interruptions de service si les parties ne parviennent pas à une entente de principe d'ici le jeudi 2 mai 2019.

« On s'attend à ce que les chauffeurs accomplissent diverses tâches non rémunérées avant, entre et même après leurs trajets. Cette pratique est devenue si répandue que la conduite d'un autobus scolaire est maintenant en partie du travail bénévole au lieu d'être un emploi rémunéré régulier, a déclaré Debbie Montgomery, présidente de la section locale 4268 d’Unifor. Je ne pense pas que ce soit une façon raisonnable de traiter les gens à qui nous confions nos enfants. Nous voulons que chaque chauffeur d'autobus scolaire soit payé pour son temps de travail. »

Les chauffeurs d'autobus scolaires conduisent de larges véhicules commerciaux pouvant transporter jusqu'à 70 enfants et aident les élèves ayant des besoins spéciaux à fréquenter des programmes ou des écoles, le tout selon un horaire serré. Souvent, les chauffeurs d'autobus scolaires ont plusieurs itinéraires ou destinations intégrés à leur horaire.

« Conduire un autobus scolaire est un engagement à temps plein pour un emploi à temps partiel, a déclaré Len Poirier, directeur du secteur du transport routier d’Unifor. Nous essayons d'obtenir un plus grand respect et une plus grande dignité à l’égard de ces chauffeurs, car le recrutement et le maintien en poste dans cette industrie continuent d'être un problème. Il est très troublant de constater que l'industrie exige tant de ces chauffeurs, tout en refusant de les indemniser pour tout leur temps. » 

Les chauffeurs de Stock Transportation qui travaillent dans le cadre de deux conventions collectives (division est de Toronto et division nord de Toronto) sont présentement impliqués dans ces négociations.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Kathleen O’Keefe, représentante aux communications d’Unifor, à l’adresse kathleen.okeefe@unifor.org ou au numéro 416-896-3303 (cellulaire).