Vous êtes ici

Le CRTC et Bell doivent porter le blâme pour les suppressions d’emplois à la télévision, affirme Unifor

Le 17 novembre 2017

Toronto – Le syndicat représentant les techniciens en onde et à la radiodiffusion de 17 stations locales de CTV au Canada déplore la dernière ronde de suppressions de 50 emplois au réseau national de Bell Média.

« Cette dernière ronde de mises à pied ne résulte pas uniquement des économies de bouts de chandelle de Bell Média, elle est directement causée par le CRTC, a déclaré le président du Conseil des médias d'Unifor, Jake Moore. Nous avions averti le CRTC que des conditions strictes de licences étaient nécessaires pour l’octroi de licences de cinq ans aux entreprises médiatiques pour les nouvelles locales. Il ne nous a pas écoutés. »

Les mises à pied vont sonner le glas de ce qu’il reste des émissions sportives locales du réseau de CTV, alors que sa station phare, CFTO, à Toronto s’ajoute à la liste des victimes qui comprend déjà les émissions sportives des stations de CTV à Edmonton, Calgary et Montréal. La couverture sportive locale à Toronto ne sera plus diffusée à compter du 27 décembre.

Les mises à pied touchent au moins 15 stations de télévision et de radio, tant du côté du personnel en onde que chez les techniciens. Les animatrices en onde, Melissa Lamb de CTV à Ottawa est touchée, de même que l’animateur de BNN Michael Kane, et les commentateurs sportifs Joe Tilley et Lance Brown de CFTO. Lianne Laing, également animatrice d'Ottawa CTV, a récemment quitté Bell Media de son plein gré pour poursuivre d'autres occasions avant les mises à pied imminentes.

L’organisme fédéral de réglementation de la radiodiffusion, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, a renouvelé les licences de cinq ans des principaux réseaux de télévision le 15 mai 2017. Le président à ce moment-là, Jean-Pierre Blais, a rejeté toute condition d’octroi de licences liée à la « présence locale » et qui aurait pu protéger la suppression des emplois du personnel en onde. 

« Le CRTC a permis à ces gigantesques entreprises médiatiques de croître encore plus et d’avaler les plus petites entreprises, tout en pensant qu'elles maintiendraient un niveau élevé de couverture des nouvelles locales, a déclaré Howard Law, directeur du secteur des médias d’Unifor. C’était censé être une bonne chose pour les nouvelles locales, c’est le contraire qui est arrivé. »

Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez contacter Shannon Devine, représentante aux communications d'Unifor, shannon.devine@unifor.org ou (cell.) 416-302-1699.