Vous êtes ici

La crise dans le secteur du transport scolaire persiste en raison de l'inaction du gouvernement

17 sep 2020 - 0:00

Le 17 septembre 2020

TORONTO – Unifor, le plus grand syndicat de chauffeurs d’autobus scolaires de l'Ontario, soutient que la crise dans le secteur du transport scolaire persiste en raison de l'inaction du gouvernement provincial.

« J'entends le ministre de l'Éducation Stephen Lecce dire que son gouvernement fait tout son possible pour remédier à la pénurie de chauffeurs et aux inquiétudes concernant la sécurité à bord des autobus scolaires, mais ce n'est tout simplement pas le cas, a déclaré Debbie Montgomery, présidente de la section locale 4268 d'Unifor. S'il est vrai que la province a affecté des fonds à la santé et à la sécurité et à la rétention des chauffeurs, le problème fondamental reste l'absence de normes provinciales entourant ces fonds. »

Alors que les élèves retournent à l'école dans toute la province, les annulations de trajets d’autobus scolaires se multiplient dans plusieurs municipalités.

Dès le mois de juillet, Unifor a averti qu'une action urgente était nécessaire pour s'assurer que les autobus scolaires puissent reprendre leur route à la rentrée des classes. Le 13 août, le syndicat a envoyé au premier ministre Ford, au ministre Lecce et à la ministre Mulroney une déclaration au nom des chauffeurs demandant au gouvernement de répondre à cinq préoccupations essentielles, notamment la garantie d'accès à de l'EPI, la limitation du nombre de passagers pour permettre la distanciation sociale et la désinfection adéquate des autobus.

Les chauffeurs ont réitéré cet appel lors d’une conférence de presse le 25 août, où ils ont partagé leurs connaissances de première main sur les diverses mesures prévues par les différents transporteurs et conseils scolaires.

« Nous avons été clairs sur les préoccupations des chauffeurs et elles n'ont pas encore été prises en compte, a déclaré Debbie Montgomery. Nous avons des chauffeurs qui reçoivent des journaux de bord avec plus de 70 enfants, sans aucune distanciation sociale et des cas où les chauffeurs reçoivent des fournitures d'EPI inadéquates, dont certaines sont de qualité inférieure. C'est le résultat de l'argent jeté dans le transport scolaire sans plan pour faire respecter des normes cohérentes. »

La majorité des chauffeurs d’autobus scolaires de l'Ontario ont plus de 60 ans, considérés comme un groupe à haut risque pour la COVID-19.

« Connaissant le profil démographique des chauffeurs, le gouvernement devrait faire tout ce qui est en son pouvoir en termes de protocoles de sécurité liés à la COVID-19 pour maximiser le nombre de personnes qui se sentent en sécurité de revenir travailler et prévenir le départ d'autres chauffeurs, ce qui, je le garantis, se produira s'ils échouent à nouveau à cet égard », a déclaré Debbie Montgomery.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour les demandes des médias ou planifier une entrevue par téléphone, Facetime ou Zoom avec Debbie Montgomery, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell).