Vous êtes ici

Les chauffeurs d’autobus scolaires réclament l’uniformisation des protocoles de sécurité liés à la COVID-19

25 aoû 2020 - 0:00

Le 25 août 2020

TORONTO – Les chauffeurs d’autobus scolaires membres d'Unifor demandent au gouvernement de l'Ontario de mettre en place des protocoles de sécurité normalisés afin de se protéger et de protéger les élèves à bord contre la COVID-19.

« Les chauffeurs sont très inquiets des mesures de sécurité liées à la pandémie, ou de l'absence de telles mesures, qui sont censées entrer en vigueur dans quelques semaines », a déclaré Debbie Montgomery, présidente de la section locale 4268 d'Unifor.
« À l’heure actuelle, plusieurs chauffeurs n’ont pas reçu d'informations sur la façon dont leur sécurité sera assurée. »

Aujourd'hui, un groupe de chauffeurs de première ligne s'est présenté pour avertir que la réglementation liée à la COVID-19 change d'un conseil scolaire à l'autre sans qu'il y ait de réglementation obligatoire sur les limites de passagers, la distance sociale, les exigences en matière de masques ou les procédures de désinfection des autobus.

En tant que plus grand syndicat de chauffeurs d’autobus scolaires en Ontario, Unifor a envoyé une déclaration au nom des chauffeurs au premier ministre Doug Ford, au ministre de l'Éducation Stephen Lecce et à la ministre des Transports Caroline Mulroney le 13 août 2020 avec cinq demandes clés :

• Rendre obligatoire l'utilisation de masques, d'écrans, de gants et de blouses et veiller à ce que tous les exploitants d’autobus fournissent aux chauffeurs des équipements de protection individuelle appropriés pour protéger les travailleuses et travailleurs et les passagers.

• Traiter les autobus comme tout autre espace confiné et limiter le nombre d'élèves par trajet pour assurer une bonne distanciation sociale. Les autobus scolaires ne peuvent pas embarquer 74 élèves (comme l'a révélé le journal de bord d'un chauffeur pour septembre 2020). C'est à la fois risqué et inacceptable.

• Fournir un financement gouvernemental supplémentaire pour soutenir l'embauche et la rétention des chauffeurs afin d'augmenter le nombre d’autobus et de trajets, ainsi que des ressources supplémentaires telles que des moniteurs de bus scolaires adultes rémunérés pour aider les chauffeurs qui transportent de jeunes enfants ou des élèves ayant des besoins supplémentaires.

• Les élèves doivent être obligés de porter des masques à tout moment à l'intérieur de l’autobus pour leur propre protection et celle des autres.

• Les autobus doivent être soigneusement nettoyés et désinfectés à la fin de chaque trajet. Cette opération doit être effectuée par des nettoyeurs professionnels. Les chauffeurs ne doivent pas être chargés de cette tâche ni l'inclure dans leurs fonctions normales.

« À l'approche de la rentrée scolaire, nos chauffeurs veulent retourner au travail, mais ils veulent assurer la sécurité de leurs petits passagers et celle de nos communautés, a déclaré Debbie Montgomery. Nous sommes prêts à travailler pour trouver une solution, nous savons combien il est important de scolariser les enfants, mais nous ne voulons pas être le maillon faible du système. Nous ne voulons pas qu'une épidémie dans nos communautés commence dans un autobus scolaire. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour les demandes des médias, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell).