Vous êtes ici

Demandes des travailleurs Mexicains à l’égard d’un nouvel ALENA

Vingt-quatre ans d’ALENA ont provoqué un désastre économique et social pour le Mexique. Contrairement à ce qu’affirme le président Trump, le Mexique a connu les pires désavantages de cet accord. En plus des migrations massives et de la situation désastreuse qui sévit dans les régions rurales, l’ALENA a entraîné une réelle régression de toutes les normes du travail, une augmentation du taux de chômage et du travail précaire, ainsi que la perte de droits.

Aucune des promesses faites aux travailleuses et travailleurs du Mexique n’a été réalisée. On nous avait promis de meilleurs emplois et des salaires plus élevés, mais aujourd’hui nos emplois sont pires que jamais et nous avons les plus bas salaires du continent. C’est pourquoi les réels syndicats du Mexique demandent à tous les gouvernements de prendre des mesures afin d’inverser ces tendances dans le cadre de la renégociation de l’ALENA.

L’intégration économique ne peut pas se faire en instaurant de mauvaises conditions de travail dans un pays. Pour assurer un développement juste et équitable, il faut focaliser collectivement notre attention sur les travailleurs qui ont le moins et qui ont perdu le plus. Cette volonté devrait être le point de départ d’un modèle de mondialisation réellement progressiste.