Nous devons en faire plus pour nos pompières et pompiers forestiers. 

Ils mettent leur vie en danger pour protéger la population, mais ils le font pour un maigre salaire de départ de 22,49$/heure. Résultat : les pompières et pompiers forestiers quittent la profession, l’expertise durement acquise se perd et ceux qui restent font face à des conditions de travail détériorées. 

Tous les corps de métiers de la SOPFEU subissent présentement les conséquences d’une crise majeure d’attraction-rétention causée par des salaires dérisoires, des retraites insuffisantes et des primes qui ne reflètent pas la réalité de leur profession. Cette situation fait en sorte qu’il est de plus en plus difficile de former et surtout, de retenir les pompières et les pompiers forestiers les plus aguerris. 

Les hommes et les femmes qui protègent le Québec méritent mieux!

Les pompières et pompiers forestiers risquent tout pour protéger nos communautés. C’est à notre tour de leur démontrer tout notre soutien. Nous appelons la ministre des Forêts, Maïté Blanchette Vézina et le directeur général de la SOPFEU, Éric Rousseau à soutenir les pompières et pompiers forestiers et l’ensemble des corps de métiers de la SOPFEU.

Pour résoudre la crise qui affecte le recrutement et la rétention, il faut : 

  •    Bonifier les salaires et les avantages sociaux 

  •    Intégrer les salariées et salariés de la SOPFEU au RREGOP

  •    Renforcer l’accessibilité et la rapidité des parcours de formations

Ralliez-vous à notre appel à la ministre des Forêts et au directeur général de la SOPFEU pour protéger nos pompières et pompiers forestiers et mettre fin à la crise d’attraction-rétention.

Page Components

Ajouter votre voix