Vous êtes ici

Unifor signifie à Rio Tinto un préavis de grève de 72 heures

Travailleurs de la fonderie Rio Tinto à Kitimat, en Colombie-Britannique
21 juil 2021 - 0:00

Le 21 juillet 2021

KITIMAT–Après un vote de grève historique de 100 % et près de sept semaines de négociations improductives avec Rio Tinto, la section locale 2301 d'Unifor a signifié à la compagnie un préavis de grève de 72 heures.

« Le vote de grève historique et unanime des membres d'Unifor en dit long sur la culture d'irrespect et de traitement injuste que Rio Tinto a créée au fil des ans, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Ce qui est surprenant, c'est comment, malgré des profits records, Rio Tinto semble si peu disposée à travailler avec nous et à traiter nos membres équitablement. »

La section locale 2301 d'Unifor représente environ 900 travailleuses et travailleurs de l'usine d'aluminium de la compagnie à Kitimat et de la centrale électrique de Kemano. Malgré une chute mondiale des prix de l'aluminium d'avril à juin de l'année dernière, l'année 2020 a été la troisième plus rentable pour Rio Tinto en deux décennies, avec des revenus nets dépassant 9,8 milliards de dollars (USD).

Dans ses pourparlers avec la compagnie, le syndicat a demandé des changements raisonnables et attendus depuis longtemps concernant les revenus de retraite et les niveaux de prestations des travailleurs, qui sont tous restés inchangés depuis plus d'une décennie. En particulier, le syndicat cherche à améliorer la sécurité de la retraite des jeunes travailleuses et travailleurs en faisant passer les nouveaux employés du régime à cotisations définies de la compagnie à un régime à prestations définies.

Les négociations portent également sur un arriéré de plus de 300 griefs, dont certains remontent à plus de quatre ans, créés par le recours inéquitable et dangereux de la compagnie à des entrepreneurs pour effectuer le travail des membres du syndicat et par son refus d'embaucher des travailleurs à temps plein, ce qui entraîne une dépendance excessive à l'égard des employés temporaires. Rio Tinto n'a pas voulu s'attaquer à son utilisation agressive et croissante d'entrepreneurs, faisant de cette question un point central des négociations.

« La haute direction dit qu'elle veut une entente mutuellement bénéfique qui évite un conflit, mais ses actions à la table de négociation racontent une histoire complètement différente, a déclaré Martin Mcllwrath, président de la section locale 2301 d'Unifor. Les membres ont déjà exprimé leur unité et leur engagement avec le mandat de grève le plus fort possible, il est maintenant temps pour l'employeur de négocier une entente qui nous respecte. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez communiquer avec le représentant national aux communications d’Unifor, David Molenhuis, à David.Molenhuis@Unifor.org ou au (416) 575-7453.