Vous êtes ici

Unifor ne participera pas à la fausse « consultation » du gouvernement de l'Alberta

29 nov 2019 - 0:00

Le 29 novembre 2019

EDMONTON – Unifor ne participera pas à une réunion organisée demain par le sous-ministre du Travail de l'Alberta, la qualifiant de tentative fallacieuse de consultation.

« Si Jason Kenney pense qu'Unifor va légitimer ce faux processus, il est déconnecté. Ses intentions sont claires et nous ne tolèrerons aucune tentative de réduire au silence la voix indépendante des travailleurs et travailleuses et travailleurs », a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor.

L'invitation, faite à court préavis, est la première étape dans la réalisation d'un engagement du programme du Parti conservateur uni (PCU) visant à réduire l'influence des syndicats de la province. L'invitation prétend que le PCU veut rétablir un « équilibre » dans la législation du travail.

« Faire taire les syndicats tout en donnant aux employeurs et aux entreprises un laissez-passer n'apportera pas l'équilibre. C’est une attaque unilatérale contre la voix démocratique des travailleuses et travailleurs », a déclaré M. Dias.

Unifor croit qu'il ne s'agit pas d'une véritable tentative de consultation, mais plutôt d'une tentative d'ingérence dans les décisions démocratiques que prennent les membres du syndicat sur la façon dont ils dépensent les cotisations.

Les travailleuses et travailleurs canadiens ont le droit de s'associer librement en tant que membres d'un syndicat, et ces droits s'étendent à la liberté d'expression du syndicat. Le droit des syndicats de négocier et de défendre les intérêts de leurs membres, y compris de faire de la politique, est reconnu depuis longtemps en droit canadien.

Unifor a écrit au sous-ministre du Travail et de l'Immigration, Shawn McLeod, expliquant qu'il n'y a aucune raison de légiférer pour contrôler la façon dont les syndicats dépensent leur argent, et qu'une telle législation serait un changement radical par rapport au droit canadien.

« Les amendements à la législation du travail doivent faire l'objet d'une étude approfondie et non d'une réunion d'une heure. Unifor s'opposera à toute tentative du gouvernement de bâillonner les syndicats ou de nous empêcher de défendre les droits des travailleuses et travailleurs, a déclaré Gavin McGarrigle, directeur de la région de l'Ouest du syndicat.

Pour les demandes des médias, contactez le représentant aux communications d’Unifor, Ian Boyko, à l’adresse ian.boyko@unifor.org ou au 778-903-6549 (cell.).