Vous êtes ici

Unifor envisage d’élargir la portée d’une plainte contre la police de Regina

20 mai 2020 - 0:00

Le 20 mai 2020

REGINA—Après les révélations selon lesquelles le service de police de Regina (SPR) a tenu secrète une alerte à la bombe contre des membres sur une ligne de piquetage, Unifor va examiner ses options pour élargir la portée d’une plainte existante contre le SPR.

« La police de Regina a été à l'écoute de la compagnie depuis le début du lock-out, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Maintenant, il est clair que leur loyauté envers la raffinerie est devenue une imprudence qui aurait pu coûter des vies. »

Des documents obtenus ce week-end par la section locale 594 d'Unifor dans le cadre d'une demande d'accès à l'information ont montré qu'une lettre décrivant une menace à la bombe contre les lignes de piquetage à la raffinerie Co-op a été rejetée par la police et qu'aucun avertissement n'a été donné aux membres du syndicat. Le 19 mai 2020, le premier ministre Scott Moe a qualifié les menaces de « très alarmantes ».

M. Dias a ajouté que le syndicat fera appel de la censure de passages d'autres documents obtenus dans le cadre de la demande d'accès à l'information.

Le chef de la police de Regina, Evan Bray, a tourné en dérision le concept de « servir et protéger », a déclaré M. Dias. « Ses ‘supérieurs’ à la raffinerie Co-op seront satisfaits de sa performance, mais les familles de Regina devraient s'inquiéter de son aptitude à diriger. »

M. Dias a ajouté que la façon dont le premier ministre Scott Moe a traité le dossier est tout aussi décevante : « Le chef de la police connaissait les menaces qui pesaient sur moi, les gens sur la ligne de piquetage et ma famille. Le maire était au courant. Le ministre de la Justice savait. Sommes-nous censés croire que, pendant le plus grand conflit de travail de l'histoire moderne de la Saskatchewan, le cabinet n'a pas été informé d'une alerte à la bombe dans une raffinerie? Si Scott Moe était au courant, pourquoi n'a-t-il pas pris de mesures pour protéger les travailleurs de la raffinerie et leurs familles? »

Unifor étudie également les possibilités d'une poursuite au civil contre le RPS liée à la restriction des droits des membres du syndicat au piquetage légal.

Pour solliciter une entrevue en personne, par Skype ou FaceTime, contactez le représentant aux communications d’Unifor, Ian Boyko, à ian.boyko@unifor.org ou au 778-903-6549 (cell).