Vous êtes ici

Unifor encouragé par les modifications apportées à l’ACEUM

10 déc 2019 - 0:00

Le 10 décembre 2019

TORONTO – Unifor est encouragé par les modifications annoncées à l’ACEUM, ouvrant la voie à la ratification d'un accord visant à remplacer l’ALENA, un accord commercial qui fut préjudiciable.

« Depuis 25 ans, l'ALENA a été un échec, causant de graves préjudices aux industries manufacturières du Canada et aux droits des travailleuses et travailleurs, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. Le nouvel ACEUM, bien qu'il soit loin d'être parfait, fournit une feuille de route pour mettre en œuvre les changements nécessaires à la politique commerciale au profit des travailleuses et travailleurs. Les améliorations annoncées aujourd'hui constituent un coup de pouce utile pour atteindre ces objectifs. »

Des représentants des États-Unis, du Mexique et du Canada ont signé l’ACEUM modifié aujourd'hui à Mexico, après des mois de négociations. Les modifications comprennent des correctifs au système de règlement des différends, la suppression des prolongations préjudiciables de la durée des brevets pour les médicaments sur ordonnance, des améliorations qui renforcent les engagements du chapitre sur le travail et l'environnement, et un nouveau mécanisme bilatéral sans précédent de « réponse rapide » pour les enquêtes et le contrôle des violations du travail.

Bien que l’ACEUM améliore les dispositions sur les règles d'origine pour la fabrication d'automobiles, il y a des questions en suspens sur la façon dont les nouvelles exigences sur l'acier et l'aluminium nord-américains s'appliqueront. Des rapports suggèrent que les dalles d'aluminium de première fusion provenant de pays comme la Chine pourraient être considérées comme ayant un contenu nord-américain.

« Les dispositions relatives au contenu régional de 70 pour cent pour l'acier et l'aluminium visaient à stimuler la production nord-américaine, et non la production des fournisseurs à l'étranger, a déclaré Jerry Dias. Il ne peut y avoir de failles qui minent l'intégrité de l'accord. L'industrie nord-américaine de l'aluminium est suffisamment importante pour répondre aux besoins actuels et futurs de l'industrie automobile canadienne. »

Unifor est déçu que l’ACEUM n'aborde pas non plus la question des tarifs punitifs imposés sur le bois d'œuvre canadien, ce qui a laissé des collectivités entières aux prises avec des difficultés alors que l'industrie attend les décisions des tribunaux internationaux.

Le syndicat étudiera de près le nouvel ACEUM au cours des prochains jours afin d'examiner les dispositions précises et d'analyser plus en détail les impacts de cet accord.

« Comme dans tout accord commercial, le diable sera dans les détails, a souligné Jerry Dias. Plus précisément, nous examinerons le caractère exécutoire des exigences clés pour voir si l'accord pourra tenir sa promesse une fois promulgué. »

Pour les demandes des médias, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell).