Vous êtes ici

Unifor demande aux administrateurs d'un refuge pour femmes de dire la vérité au sujet de ses finances

KINGSTON, ON, le 5 sept. 2013 /CNW/ - Unifor - le plus récent syndicat du Canada - demande que toute la vérité soit divulguée au sujet des finances de la Kingston Interval House, un refuge pour femmes, à la suite de la démission abrupte de son conseil d'administration.

Une déclaration diffusée le 4 septembre annonçait le départ officiel de neuf administrateurs du refuge, à la suite d'une tentative de restructuration des activités en vue de s'attaquer à un déficit présumé de 100 000 dollars dans le budget, qui aurait rendu le refuge non viable sur le plan économique. Ces prétentions faites par le conseil restent à vérifier et à valider.

Deb Tveit, adjointe au président national d'Unifor, qui représente 30 employées de première ligne à la Kingston Interval House, a affirmé que le départ des neufs administrateurs du refuge est « totalement irresponsable ».

« Ce refuge offre des soins critiques aux femmes et aux enfants dans le besoin, et il est assez inquiétant de constater que ces personnes quittent le navire pour aucune raison apparente », a déclaré Deb Tveit.

Depuis les cinq dernières années, le refuge a augmenté son personnel administratif tout en diminuant le nombre d'employées de première ligne et les services, a affirmé Deb Tveit préoccupée par l'avenir du refuge.

Le représentant national d'Unifor, Mike Armstrong, a dit que le conseil d'administration était réticent à conclure une première convention collective avec le syndicat, ralentissant le processus de discussion en refusant de justifier ses prétentions au sujet des difficultés financières.

Mike Armstrong a dit que si le conseil d'administration proposait de supprimer entre 15 et 20 pour cent de son personnel de première ligne pour combattre un déficit qu'il prétend, alors il devrait expliquer comment ce déficit est arrivé.

« S'il n'y a pas de déficit ou s'il y a un déficit qui n'a rien à voir avec les modestes salaires versés au personnel de première ligne, alors il serait préférable de ne pas compromettre les besoins de soins des femmes et des enfants de notre communauté. Nous pensons que c'est une demande raisonnable », a affirmé Mike Armstrong.

Les employées du refuge ont voté pour se joindre à Unifor (anciennement les TCA) plus tôt cette année, et elles sont au beau milieu des négociations de leur première convention collective.

L'organisme Kingston Interval House est un refuge pour femmes et enfants qui fuient la violence. Son personnel, membre de la section locale 8300 d'Unifor, fournit du soutien et des soins critiques de première ligne.

SOURCE Unifor