Vous êtes ici

Unifor condamne les nouveaux propriétaires de Torstar de transférer des emplois aux États-Unis

10 sep 2020 - 0:00

Le 10 septembre 2020

HAMILTON – À peine 37 jours après la reprise de Torstar par NordStar Capital, les nouveaux propriétaires ferment le centre d'appel des annonces classées du Hamilton Spectator et transfèrent 24 bons emplois canadiens à une entreprise de Buffalo, dans l'État de New York.

« Au lieu de transférer davantage d’emplois hors du pays, Unifor propose que Torstar investisse d'abord dans les travailleuses et travailleurs canadiens et maintienne les emplois dans les communautés de ses lecteurs », a déclaré le président national d'Unifor, Jerry Dias, qui sollicite une rencontre immédiate avec les propriétaires de NordStar, Jordan Bitove et Paul Rivett, pour explorer des solutions.

Les huit employés à temps plein et les 16 employés à temps partiel, dont principalement des femmes, devraient perdre leur emploi le 19 octobre, une semaine après la fête de l’Action de grâce.

« Nous sommes estomaqués par la rapidité de cette démarche agressive de sous-traitance, a déclaré Paul Morse, président de la section locale 87-M d'Unifor, qui représente les employés au Spectator. Il y a moins de trois mois, alors qu'ils tentaient d'acheter Torstar, Jordan Bitove et Paul Rivett ont promis aux actionnaires qu'ils investiraient dans le géant canadien des médias s'ils leur vendaient leurs actions et les laissaient privatiser la société. C'est l'antithèse de cette promesse. »

Torstar possède les quotidiens Hamilton Spectator, Toronto Star, Waterloo Region Record, St. Catharines Standard, Niagara Falls Review, Welland Tribune et Peterborough Examiner, ainsi qu'un grand nombre de journaux communautaires hebdomadaires.

Le syndicat prévoit de présenter une proposition qui pourrait positionner Torstar comme un chef de file dans les services de petites annonces et maintenir les emplois dans les médias au Canada. En vertu de la convention collective du Hamilton Spectator, le syndicat dispose de six semaines pour présenter une alternative aux mises à pied.

« Il ne fait aucun doute que la pandémie a eu un impact négatif sur les revenus, mais elle a également mis en évidence la nécessité pour les entreprises canadiennes de soutenir les travailleuses et travailleurs canadiens alors que nous rebâtissons ensemble à la suite de la COVID-19 », a déclaré M. Dias.

Pour les demandes des médias, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell).