Vous êtes ici

Sortir des sentiers battus en toute sécurité

Je suis représentante en matière de sécurité et coprésidente de notre CMSS depuis 28 ans, et je suis toujours étonnée des mesures nouvelles et novatrices que nous prenons pour rendre les milieux de travail plus sécuritaires. Lors de nos réunions mensuelles, nous examinons les rapports d’accident en cherchant les réponses aux questions « qui, quoi, où et comment » afin d’établir la cause profonde de chaque accident, mais nous avons parfois besoin d’une étape supplémentaire.   

Dans les locaux de la section locale 1106 à Kitchener, notre comité a rencontré notre représentant national, Dave Reston, et la présidente de notre section locale, Ruth Pryce, pour discuter des accidents de travail. Les deux sujets de préoccupation à l’ordre du jour étaient les suivants : les demandes d’indemnisation refusées par la CSPAAT et le fait que les représentantes et représentants syndicaux ne disposent pas de toute l’information nécessaire pour enquêter adéquatement sur les accidents du travail. Notre problème découlait du fait que les rapports d'accident ne contiennent pas suffisamment de renseignements pour nous permettre de comprendre la gravité des accidents. Lorsque nous posions des questions à la travailleuse ou au travailleur blessé, nous obtenions des renseignements qui ne figuraient pas dans le rapport de l’accident. Après une enquête plus approfondie, nous apprenions que la blessure subie était plus grave que ce qui avait été noté dans le rapport. Nous avons réalisé que nos membres avaient besoin de plus d’information sur la façon de déclarer les blessures. Il est très difficile de sensibiliser tout le monde à l’importance de préparer des rapports d’accident adéquats.  Nous devions faire en sorte que les travailleuses et travailleurs blessés trouvent facilement des lignes directrices pour signaler correctement les accidents de travail.

La survenue d’un accident est souvent très déstabilisante. La victime peut être stressée ou souffrante, et il est difficile de se souvenir de tous les faits importants qui doivent figurer dans un rapport d’accident, surtout pour étayer une demande d’indemnisation auprès de la CSPAAT. C’est pendant ces discussions que nous avons eu l’idée de préparer la fiche « Faits saillants concernant le signalement d’une blessure » et la brochure « Foire aux questions sur les accidents du travail et la CSPAAT ». La présidente de notre section locale, Ruth Pryce, m’a demandé de travailler avec Vinay Sharma, représentant national d’Unifor en matière de santé et de sécurité, pour concevoir une carte qui pourra être placée sur nos badges d’identification, ainsi qu’une brochure que nous distribuerons aux membres en même temps que la carte.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la CSPAAT avait refusé une demande d’indemnisation?

Plusieurs raisons peuvent expliquer le refus d’une demande : insuffisance de renseignements dans le rapport; délais non respectés; la personne blessée n’a pas signalé l’accident pendant qu’elle était au travail; la victime n’a pas consulté un médecin; et bien d’autres raisons encore. Nous espérons que notre brochure répondra aux nombreuses questions sur les accidents du travail et les demandes d’indemnisation, et que la fiche aidera nos membres à traverser le mieux possible la tragédie d’être victime d’un accident du travail.

Le mardi 19 mars, la section locale 1106 était prête à distribuer ces fiches et ces brochures à nos membres, dans l’espoir de les convaincre de l’importance de signaler les blessures et de les renseigner sur la façon de présenter une demande d’indemnisation pour un accident du travail ou une maladie professionnelle.

- Patricia Leslie, L1106