Unifor recommande à la Saskatchewan d’accélérer l’adoption du salaire minimum à 15 $

Main Image
Image
two women in front of the Legislative Building holding $15 for fairness signs
Partager

REGINA—Unifor a renouvelé son appel au gouvernement de la Saskatchewan pour l’augmentation immédiate du salaire minimum à au moins 15 $ l’heure à l’instar de la province voisine, l’Alberta.

« Le premier ministre Scott Moe maintien le salaire minimum à un bas niveau de façon artificielle, a affirmé Gavin McGarrigle, directeur de la région de l’Ouest d’Unifor. Il y a quelque chose qui cloche lorsqu’une personne travaillant à temps plein au salaire minimum n’est pas en mesure de sortir du seuil de la pauvreté. »

Selon ce qui a été rapporté dans les médias, la pression constante exercée par le NPD de la Saskatchewan aurait forcé le gouvernement de Scott Moe à remettre en question sa décision de geler le salaire minimum à 11,81 $, soit le taux horaire le plus bas au Canada.

La Saskatchewan accuse un important retard en ce qui concerne les augmentations salariales destinées aux travailleuses et travailleurs les moins bien rémunérés de cette province. La Colombie-Britannique, l’Ontario et même l’Alberta ont mis en place des hausses allant bien au-delà du seuil de 15 $ l’heure et la terre n’a pas cessé de tourner pour autant. En fait, les gens ont eu davantage d’argent à dépenser dans leurs collectivités, pour appuyer les entreprises locales.

Unifor affirme que les travailleuses et travailleurs de secteurs comme la vente au détail, la vente en gros, le jeu vidéo, l’entreposage et d’autres secteurs axés sur les services bénéficieront directement de ces hausses et disposeront ensuite de plus d’argent à dépenser dans les entreprises locales, ce qui signifie que les collectivités récolteront également les fruits de ces hausses.

« Un salaire minimum à 15 $ n’est que la première mesure d’une grande stratégie visant à remettre la Saskatchewan sur les rails, explique Gavin McGarrigle. Combinée à des normes d’emploi plus robustes et à des services sociaux de grande qualité, une augmentation du salaire minimum peut aider à améliorer les conditions de vie des gens en Saskatchewan. »

« Au lieu de chercher à engraisser ses caisses en offrant des cadeaux aux mieux nantis, le Parti Saskatchewanais devrait commencer à accorder la priorité aux besoins des travailleuses et travailleurs », a-t-il affirmé.

Unifor demande des hausses du salaire minimum depuis plusieurs années, en particulier pour que toutes les travailleuses et tous les travailleurs gagnent au moins 15 $ l’heure et pour faire en sorte que le salaire minimum représente 60 % de la rémunération médiane des travailleuses et travailleurs à temps plein.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleuses et travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour les demandes de membres de médias ou pour planifier une entrevue au moyen de Zoom, Skype ou Facetime, veuillez communiquer avec la directrice des communications d’Unifor Natalie Clancy à Natalie.Clancy@unifor.org ou au 416 707‑5794 (tél. mobile).

 

Media Contact

Natalie Clancy

Directrice des communications
Email