Unifor est fier du rôle qu’il a joué lors des élections fédérales

Partager
Main Image
Image

Nous ne sommes pas timides chez Unifor, et cela s'est certainement avéré vrai lors de l'élection fédérale du mois dernier.

En fait, nous avons fait exactement ce que nous avions dit que nous ferions, soit de jouer un rôle actif en veillant à ce que les conservateurs d'Andrew Scheer ne forment jamais le gouvernement et n'aient jamais l'occasion de revenir sur les politiques progressistes dont notre pays a besoin.

Nous avons communiqué avec nos membres dans des circonscriptions clés partout au Canada pour nous assurer qu'ils étaient au courant des enjeux de l'élection si les conservateurs l'emportaient.

Scheer a essayé de se présenter comme un défenseur des Canadiens ordinaires, mais ses plans pour le Canada auraient nui à la plupart des travailleuses et travailleurs.

Il n'avait pas de véritable plan pour faire face à la crise du coût de la vie, il aurait réduit les services essentiels comme l'éducation et le soutien aux Canadiens les plus vulnérables, il aurait introduit des soins de santé à l'américaine et son plan climatique n’aurait fait qu'empirer les choses.

Scheer n'a pas non plus répondu aux préoccupations fondées sur la façon dont ses opinions socialement conservatrices sur le mariage homosexuel et les droits génésiques influenceraient tout gouvernement qu'il dirigerait.

Devant tout cela, Unifor ne pouvait pas rester les bras croisés. Nous devions agir.

En plus de parler à nos propres membres, nous avons également investi dans la publicité pour faire passer notre message à un public plus large, y compris à la télévision, dans les journaux et dans les annonces en ligne; ces messages étaient les plus novateurs et créatifs que nous ayons jamais produits.

Lisa Raitt, la députée conservatrice de Milton, vaincue, a blâmé cette publicité d'une tierce partie pour la défaite des conservateurs, disant qu'un « déferlement constant » de publicités sur Scheer et le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, avait aidé à renverser la vapeur contre les conservateurs.

« Si vous conduisiez sur n'importe quelle autoroute de la région du Grand Toronto, vous entendiez trois, quatre ou cinq fois par heure une publicité différente concernant Andrew Scheer ou Doug Ford ou qui que ce soit disant que les conservateurs sont mauvais, et cela a fait des ravages », a affirmé Lisa Raitt à CTV News.

Oui, c'est sûr, et c'était le but.

Le fait est que les conservateurs ont été défaits dans 72 % des 69 circonscriptions que nous avons ciblées.

Au début de cette élection, j'ai promis qu'Unifor dépenserait chaque centime de l'argent que nous étions autorisés à dépenser en vertu des règles fédérales sur les dépenses électorales, et nous l'avons fait. D'autres syndicats ne l'ont pas fait et, franchement, cela me déconcerte.

Unifor, comme tous les syndicats, a le droit constitutionnel de participer aux élections. Qui plus est, nous avons la responsabilité de jouer un rôle chaque fois que les Canadiennes et Canadiens se rendent aux urnes, que ce soit au niveau fédéral, provincial ou local.

Je suis toujours étonné par ceux qui, au sein du mouvement syndical, font des sermons sur la politique progressiste et ne parviennent pas à tenir leurs promesses dans les moments cruciaux. Cela ne coûte pas cher de discourir, mais les actes en disent long, et les élections sont le moment de passer à l'action.

Négocier de bonnes conventions collectives pour nos membres est l'objectif principal d'Unifor, bien sûr, mais une grande partie de ce qui détermine la qualité de vie de nos membres et de tous les travailleurs est décidée en dehors de la table de négociation.

La législation sur la santé et la sécurité, les droits syndicaux des travailleuses et travailleurs, la reconnaissance des droits et des besoins des travailleuses et travailleurs précaires, le salaire minimum, etc. ont un impact direct sur leur vie professionnelle.

En outre, des questions comme un régime universel de services de garde, l'assurance-médicaments, le mariage entre conjoints de même sexe, les droits génésiques, l'éducation abordable et d'autres questions sociales sont fondamentales pour leur qualité de vie et doivent être une priorité pour tous les syndicats si nous voulons lutter pour les travailleuses et travailleurs canadiens.

Unifor est fier du rôle qu’il a joué dans cette élection.

Nous avons parlé au nom de nos membres, des travailleuses et travailleurs de tous les secteurs de l'économie. Leurs droits, leurs moyens de subsistance et la sécurité de leur famille étaient menacés.

Lisa Raitt et d'autres conservateurs voudront peut-être blâmer la publicité de tiers pour leur échec, mais le fait est que la publicité a fonctionné parce qu'elle a révélé que le Parti conservateur et son chef n'étaient pas là pour les travailleuses et travailleurs canadiens – tant au travail que chez eux.

Tout ce qu'on a fait, c'est de le signaler, et ce message a trouvé un public.

Oui, on a pris la parole.

Et oui, cela a fait une différence.

Et oui, nous le referons.