Rebâtir en mieux en 2021

Partager
Main Image
Image

Par Jerry Dias

Au début de la pandémie, Unifor a formulé deux grandes demandes au gouvernement.

La première était de protéger la santé publique et de veiller à ce que tous les travailleurs et travailleuses aient accès à des congés de maladie et à une aide au revenu immédiate. La seconde était de mettre en place un plan de relance économique suffisamment important et audacieux pour accélérer la reprise économique du Canada et bâtir le Canada que beaucoup d'entre nous croient possible.

À l'aube de la nouvelle année, je refuse de revenir à l'économie que nous avons laissée derrière nous – celle de l'injustice économique, des inégalités, du travail précaire et du changement climatique. Il faut travailler ensemble pour bâtir l'économie que nous méritons tous.

Ce ne sera pas facile, mais un monde meilleur est possible si nous nous attelons dès maintenant à la tâche pour y parvenir.

La COVID-19 a montré à quel point le travail de soins personnels dans les foyers de soins de longue durée et les services de garde d'enfants sont importants pour construire une économie forte et résistante. Les travailleuses et travailleurs de la vente au détail, les chauffeurs de camion, les magasiniers et les livreurs ont tous été enfin perçus et respectés pour les travailleuses et travailleurs essentiels qu'ils sont.

Nous avons appris non seulement combien ils ont lutté à cause de la pandémie, mais aussi combien ils avaient lutté avant celle-ci. Le résultat a été qu'au cours d'une année pleine de difficultés et de moments éprouvants, nous avons également constaté une solidarité inspirante et des idées audacieuses.

Cette solidarité et ces idées audacieuses doivent nous guider maintenant.

Cette nouvelle année est l'occasion de revoir les programmes publics qui nous ont fait défaut et de développer ceux dont nous avons besoin. Nous ne savons toujours pas quand la crise économique unique provoquée par la pandémie prendra fin ni à quel point la reprise pourrait être volatile, mais nous savons qu'une action gouvernementale ciblée est essentielle à cette relance.   

Le plan d’Unifor pour rebâtir en mieux, publié en juin, définit les grands thèmes à aborder pour y parvenir. Les petites modifications ne suffisent pas. Alors que les gouvernements de tous niveaux et de toutes tendances politiques rédigent leurs budgets pour 2021, nous devons tous veiller à ce que le soutien aux travailleuses et travailleurs et la relance économique soient au centre des préoccupations. 

Un salaire minimum de 15 dollars et des réformes permanentes de l'assurance-emploi renforceraient la sécurité du revenu et amélioreraient la vie de millions de Canadiens, tout en offrant des conditions de travail saines grâce à des normes d'emploi et un droit du travail plus stricts.

Les travailleuses et travailleurs de la santé dans les hôpitaux et les centres de soins de longue durée ont été salués comme des héroïnes et des héros, mais nous continuons de voir des éclosions dans les maisons où ils travaillent. Deux membres d'Unifor sont morts des suites de la COVID-19, alors qu'ils s'occupaient d'autres personnes, de même que de nombreux autres travailleuses et travailleurs dans tout le pays. Toute relance doit faire passer les soins avant les profits.

Les industries du tourisme et du voyage ont été dévastées par la pandémie et les restrictions de voyage qui l'accompagnent. Ils ne s’en remettront peut-être pas sans une aide immédiate.

Le Canada a besoin d'un investissement historique dans les emplois verts et la décarbonisation qui garantira la stabilité et la qualité du travail dans le secteur de l'énergie tout en faisant progresser le Canada vers ses objectifs climatiques.

Les gouvernements doivent mettre en place les programmes publics et les infrastructures promis depuis si longtemps. Des programmes tels que les services de garde, l'assurance-médicaments, les transports en commun dont les véhicules sont fabriqués au Canada, les logements abordables et l'eau potable sont un strict minimum ici.

Notre gouvernement a renouvelé son engagement envers la construction automobile canadienne. Alors que nous entamons l’année 2021, cet engagement doit être étendu à l'aérospatiale, aux transports et à l'équipement lourd, à la production alimentaire, aux produits pharmaceutiques, aux télécommunications, aux médias, à la construction navale et à la foresterie.

Le gouvernement n'a cessé de promettre que le soutien aux secteurs les plus durement touchés arrivera bientôt. Cette aide est plus qu’urgente, et lorsqu'elle arrivera, les programmes doivent établir des conditions solides et applicables qui garantissent que les travailleuses et travailleurs en retirent des avantages et que les emplois canadiens soient maintenus.

Il est clair que nous ne sommes pas à court de solutions. La question est de savoir si la volonté politique existe pour y parvenir. Les ennemis jurés des déficits diront que notre plan est impossible, trop coûteux et non viable.

C'est faux.

Pensez-y. Avant la pandémie, le Canada comptait déjà trop de gens à bout de souffle, vivant d’un chèque de paie à l’autre, essayant de joindre les deux bouts. Ce n'était pas viable à l'époque. C'est inadmissible aujourd'hui.

Nous savons déjà que les dépenses publiques pendant et après une crise sont le moyen le plus rapide de rebâtir. En mettant l'accent sur la création d'emplois et l'amélioration de la qualité des emplois, le pays se reconstruira de manière plus équitable et plus durable. Dès le premier mois de la pandémie, Unifor a plaidé en faveur de mesures de santé publique et d'un renforcement des aides au revenu.

Nous avons été les premiers à définir la vision de ce qu'il est possible de réaliser pour sortir de cette crise. En 2021, nous aurons de nombreuses occasions de participer à ce processus – en fait, il y en a déjà. Nos demandes pour une couverture des médicaments d’urgence et notre pétition pour un salaire minimum de 15 dollars sont toujours en vigueur et attendent d'être signées et partagées.

Des membres de tout le pays et de tous les secteurs d'activité rencontrent des représentants du gouvernement, écrivent des lettres et marchent en signe de protestation lorsque de mauvaises décisions sont prises et que nos emplois ou nos conditions de travail sont menacés.

Alors que les vaccins commencent à être administrés et que la fin de la pandémie se profile à l'horizon, une chose est sûre : Unifor défendra les intérêts de ses membres et militera pour une forte relance économique à chaque étape. Nous ne relâcherons pas nos efforts.