Les travailleuses et travailleurs de première ligne font le bilan d'une année de pandémie

Partager
Main Image
Image
Essential workers take part in webinar.

Dans le cadre d'un webinaire international organisé par le Projet de solidarité nord-américaine, des travailleuses et travailleurs de première ligne du Canada, des États-Unis et du Mexique ont partagé leurs expériences de la dernière année et ont discuté des leçons apprises pour améliorer les conditions de travail de tous les travailleurs et travailleuses.

Emily Coulter, membre de la section locale 1106 d'Unifor et préposée aux services de soutien à la personne, a souligné qu'aucun employeur n'était préparé à la pandémie et a reconnu que son syndicat avait fait le nécessaire pour pousser les employeurs à agir.

« Nous ne serions jamais allés aussi loin si ce n'était pas d'Unifor, a déclaré Mme Coulter. Les employeurs ne voulaient pas écouter et il a fallu la voix puissante de notre syndicat pour que les choses changent. »

Elle a fait écho aux sentiments exprimés par sa collègue Deborah Burger, infirmière américaine et coprésidente du syndicat National Nurses United, selon laquelle « tout a changé et rien n'a changé » pendant la pandémie. Mme Coulter a déclaré que, si sa vie a été bouleversée par la recherche constante d'EPI et des sentiments accrus d'anxiété, les mêmes vieux obstacles de gestion et le manque de financement ont exacerbé les dangers au travail.

Krista Lee Hanson, membre de la section locale 111 et opératrice de transport en commun à Vancouver, avait également de nombreuses histoires à raconter sur les employeurs inflexibles qui contribuent à l'anxiété et aux dangers au travail. Elle a rappelé comment les opérateurs de transport en commun ont fait l'objet de mesures disciplinaires au début de la pandémie pour avoir porté un masque.

« L'image publique était plus importante que d’assurer la sécurité au début de la pandémie, a-t-elle déclaré. C'est uniquement parce que notre syndicat s'est battu pour ses membres qu'ils n'ont pas été sanctionnés ou mis à pied pour avoir fait ce qui est maintenant considéré comme le strict minimum. »

Mme Hanson a également exprimé sa frustration face à l'écart entre ce que les gouvernements ont dit sur les héros de la COVID-19 et ce qu'ils ont fait pour eux.

« On parle beaucoup de célébrer et de remercier les héros de la COVID de la société, mais les opérateurs de transport en commun ne se sentent certainement pas appréciés d'être exclus de la première vague de vaccination des travailleuses et travailleurs de première ligne par le gouvernement. »

En tant que travailleuse de la santé, Mme Coulter a dit qu'elle avait du mal à accepter le terme « héros de la COVID », car lorsqu'elle voyait tant de patients mourir pour des raisons indépendantes de sa volonté, elle ne se sentait pas comme une héroïne.

« Mes collègues de travail ont été mes héros. Ils m'ont aidé à traverser les moments difficiles. »