Le système de soins de santé de l'Ontario est en danger, car le gouvernement Ford ne s'attaque pas à l'aggravation de la crise des ressources humaines en santé

Partager
Main Image
Image
Katha Fortier, Unifor, Sharleen Stewart, SEIU Healthcare, Candace Rennick, CUPE

Des dirigeantes syndicales du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) Ontario, de l’UIES Soins de santé et d'Unifor ont été accompagnées par un travailleur de la santé de première ligne lors d'une conférence de presse mardi pour réclamer une stratégie urgente et complète de la part du gouvernement Ford afin de s'attaquer à la crise croissante des ressources humaines en santé en Ontario qui laisse les personnes âgées et les patients sans le personnel dont ils ont besoin.

La semaine dernière, le gouvernement Ford a annoncé que les préposés aux services de soutien à la personne et les infirmières, nouveaux ou récemment embauchés, recevraient jusqu'à 10 000 $ pour travailler dans des maisons de retraite – un système presque entièrement privé et à but lucratif. Ce programme ne tient pas compte des personnes qui travaillent dans les hôpitaux, les établissements de soins de longue durée et les établissements de soins à domicile, et n'offre ni respect ni reconnaissance à ceux qui ont passé les 18 derniers mois à risquer leur vie en première ligne.

Cette annonce intervient alors que l'augmentation temporaire de 3 $ de l'heure pour les préposés aux services de soutien à la personne doit expirer le 23 août 2021 – une mesure incitative qui exclut les préposés aux services de soutien à la personne travaillant dans les maisons de retraite et toutes les autres personnes travaillant dans les établissements de soins de santé, y compris les infirmières, le personnel diététique, de bureau et d'entretien ménager.

Les travailleuses et travailleurs de la santé et leurs syndicats tirent la sonnette d'alarme depuis des années sur la situation du secteur en matière de personnel, qui est devenue une crise pendant la pandémie, car de plus en plus de personnes choisissent de quitter leur profession en raison des mauvaises conditions de travail et des bas salaires. Alors qu'une action urgente est nécessaire, le gouvernement Ford continue de prendre des décisions rétrogrades qui ne résoudront pas les problèmes de recrutement et de rétention du personnel de santé.

Citations :

« L'incapacité persistante du premier ministre Ford à mettre en œuvre une stratégie cohérente de recrutement et de maintien en poste signifie que les personnes âgées et les patients ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin en raison de niveaux de dotation dangereusement bas. Un personnel épuisé et exploité signifie des temps d'attente plus longs, des soins de santé de couloir sans fin et des erreurs cliniques commises par des esprits et des corps épuisés. L'Ontario n'a pas de stratégie globale en matière de ressources humaines en santé. Cela n'a aucun sens, c'est un gâchis, et les travailleuses et travailleurs de la santé de notre province n'en peuvent plus. » – Sharleen Stewart, présidente, UIES Soins de santé.

« Les programmes incitatifs comme celui-ci ne règlent absolument rien. En fait, ils peuvent potentiellement aggraver les choses. Nous avons demandé à ce gouvernement de travailler avec nous pour élaborer une stratégie globale en matière de ressources humaines qui englobe les maisons de retraite, les soins à domicile, les soins de longue durée et les hôpitaux. » – Katha Fortier, adjointe au président national et négociatrice principale d'Unifor en matière de soins de santé.

« Pendant des années, les propriétaires de maisons de retraite, qui opèrent presque exclusivement pour le profit, ont exploité leur main-d'œuvre en faisant intentionnellement baisser les salaires et les conditions de travail. Cette dernière mesure des conservateurs est une tentative honteuse de renflouer les exploitants privés à l'aide de fonds publics alors qu'ils continuent d'engranger des profits massifs. Une fois de plus, ce gouvernement a eu recours à des approches à la petite semaine plutôt que de mettre en œuvre une véritable stratégie en matière de salaires, de recrutement et de main-d'œuvre qui mettra fin à l'exploitation grossière de la main-d'œuvre des soins à domicile. » – Candace Rennick, secrétaire-trésorière, SCFP Ontario.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez contacter :

Corey Johnson, Communications, UIES Soins de santé, @email, 416-529-8909

Hamid Osman, Service des communications, Unifor, @email, 647-448-2823

Aline Patcheva, Communications, SCFP, @email, 514-825-4443