Le personnel du refuge Interval House demande aux membres de la communauté de rappeler leur employeur à la table de négociation

Partager
Main Image
Image
Local 414 solidarity leaflet action.

Le 21 juillet 2021

NAPANEE – Les travailleuses du refuge de la Lennox and Addington Interval House (LAIH) ont demandé à leurs voisins de soutenir leurs négociations suite au refus de leur employeur de négocier normalement.

« Les membres d'Unifor qui travaillent au refuge Interval House aiment leur travail et s'engagent à servir les survivantes en toute sécurité et à prévenir la violence contre les femmes et les enfants, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Il n'y a aucune excuse pour ce refus de même négocier, c'est pourquoi ces employées sont descendues dans la rue cette semaine pour demander à leur communauté élargie de s'unir avec elles. » 

Les négociations sont au point mort entre l'employeur et la section locale 414 d'Unifor pendant un processus de conciliation, et l'employeur refuse de retourner à la table et insiste plutôt sur des négociations par courriel. La Lennox and Addington Interval House (LAIH) est un refuge pour les femmes et les enfants victimes de violence familiale.

Les travailleuses distribuent des tracts à Napanee du 21 au 23 juillet, demandant aux membres de la communauté de téléphoner à la direction de LAIH et de la rappeler à la table de négociation.

La convention collective actuelle est expirée depuis plus d'un an et couvre environ 20 travailleuses de LAIH. Les travailleuses cherchent à obtenir des procédures et des avantages identiques ou similaires aux employées des agences consœurs des communautés voisines, afin de régler les problèmes de représentation, de mesures disciplinaires et d'affichage des postes.

« Ne vous méprenez pas, les membres d'Unifor sont toujours là pour servir les membres de la communauté qui ont besoin d'un refuge contre la violence à la maison, a déclaré Gord Currie, président de la section locale 414 d'Unifor. Mais cette semaine, les travailleuses d'Interval House ont besoin que leur communauté prenne leur défense, et demande à l'employeur de négocier équitablement et de respecter le travail qu'elles font. »

Tout au long de la pandémie, les membres ont souvent travaillé en effectif réduit, tentant de maintenir un service de haut niveau alors que l'employeur laissait des postes vacants.

« Ce type de travail est plus qu'un simple emploi, c'est une vocation. Le personnel ne permettra pas que les clientes soient privées de soutien parce que nous sommes en sous-effectif, ce qui signifie souvent qu'il faut travailler en dehors de notre description de poste ou accepter plus de travail, a déclaré Brooke Phillips, membre de la section locale 414 d'Unifor à LAIH. Nous sommes presque toujours à court de personnel, souvent pendant une longue période sans que rien ne soit affiché pour combler un poste vacant. Cela peut être corrigé, mais nous ne pouvons avoir ces conversations qu'à la table de négociation. »

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant plus de 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour solliciter une entrevue en personne, par téléphone ou FaceTime ou pour obtenir de plus amples informations, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Sarah McCue, à @email ou au 416-458-3307 (cell).