La Journée nationale d'action pour la justice raciale réunit des milliers de personnes dans tout le pays

Main Image
Image
Partager

À l'occasion du Jour de l'émancipation le 1er août, Unifor a organisé une Journée d'action pour la justice raciale dans tout le Canada, qui comprenait des initiatives sur le lieu de travail, dans la communauté et en ligne pendant la longue fin de semaine du mois d’août. Des centaines de membres ont porté des t-shirts conçus par Unifor sur lesquels on pouvait lire « Mouvement pour les droits civiques 2020. Je change les choses que je ne peux pas accepter ».

« Nous ne pouvons plus être tous ensemble comme avant, mais nous pouvons encore voir l'impact de l'action collective et de notre engagement commun à éliminer le racisme et à créer une société plus égale et plus juste, a déclaré Christine Maclin, directrice du Service des droits de la personne d’Unifor. Les membres d'Unifor changent les choses qu’ils ne peuvent plus accepter et exigent la fin du racisme systémique, aujourd'hui et tous les jours de l’année. »

La Journée nationale d'action pour la justice raciale d'Unifor a permis de sensibiliser au racisme systémique sous toutes ses formes grâce à des événements éducatifs, au partage de matériel pédagogique, à l'organisation de moments de silence pour les personnes noires, autochtones et racialisées tuées lors d'interactions avec la police et, pour certaines, liées aux sites historiques du chemin de fer clandestin.

« La reconnaissance du Jour de l'émancipation au Canada contribuera à l’élimination du racisme. Franchement, cela aurait dû être fait depuis longtemps, a déclaré Lana Payne, secrétaire-trésorière nationale d'Unifor. Marcher dans les rues avec nos incroyables militants et dirigeants d'Unifor, et voir des actions se dérouler dans tout le pays me donne l'espoir qu'un monde meilleur est possible. »

Le Jour de l'émancipation n'était reconnu qu'en Ontario dans le passé. Cependant, avant la Journée d'action, le président national d'Unifor, Jerry Dias, a envoyé des lettres à tous les premiers ministres pour les inciter à déclarer le 1er août comme Jour de l'émancipation. Alors que le comité des travailleuses et travailleurs autochtones et de couleur (TTAC) de la région de l'Atlantique se préparait à agir à Africville, une communauté noire historique de Halifax, le premier ministre Stephen McNeil a envoyé une lettre le 31 juillet au syndicat déclarant le 1er août Jour de l'émancipation.

« Je me réjouis de l'annonce du premier ministre McNeil reconnaissant le Jour de l'émancipation et j'encourage les premiers ministres de tout le pays à faire de même et à reconnaître cette journée à l'échelle nationale, a déclaré Linda MacNeil, directrice régionale de la région de l'Atlantique d’Unifor. C'était un privilège et un honneur d'être aux côtés de notre comité des TTAC de l’Atlantique pour marquer le Jour de l'émancipation à Africville et poursuivre notre lutte pour éliminer le racisme afin d'assurer un avenir meilleur à tous les travailleurs et travailleuses. »

Ces actions sont les premières d'une longue série de mesures visant à renforcer la solidarité et à poursuivre la lutte pour mettre en œuvre des changements de politique qui auront un impact et contribueront à éliminer véritablement le racisme. Les membres sont encouragés à continuer à soutenir les entreprises et les organisations de Noirs, d'autochtones et de personnes de couleur. Veuillez continuer à faire pression sur le gouvernement pour qu'il mette en place des plans d'action fédéraux de lutte contre le racisme.

Pour voir les photos des différentes actions tenues partout au pays, cliquez ici.