La famille d’une infirmière tuée lors de la fusillade en Nouvelle-Écosse honore sa mémoire en continuant son combat pour des EPI

Partager
Main Image
Image

À la suite des horribles événements perpétrés en Nouvelle-Écosse le week-end dernier, Nick Beaton est déterminé à honorer la mémoire de son épouse en poursuivant son combat pour protéger les travailleuses et travailleurs de la santé pendant la COVID-19.

Kristen Beaton était une employée des Infirmières de l'Ordre de Victoria et membre du NSGEU. Elle a été tuée dimanche, en même temps que son bébé à naître, alors qu'elle se rendait au travail, un emploi qu'elle aimait.

Nick a accordé une entrevue touchante au bulletin de nouvelles nationales de CTV cette semaine pour parler de Kristen et dire à quel point elle aimait être une mère et une employée des soins de santé.

« Regarder l'entrevue de Nick m'a donné les larmes aux yeux, a déclaré Linda MacNeil, directrice régionale de l'Atlantique. Que Nick s’exprime et demande que tous les travailleurs et travailleuses de la santé soient protégés alors qu'il doit faire face à cette ultime tragédie personnelle est plus qu'un acte d'altruisme, c'est un acte d'amour. Les Néo-Écossais prennent soin les uns des autres dans les moments difficiles et Nick illustre ce trait de caractère. »

Il a décrit comment, pendant des semaines, Kristen pleurait avant d'aller travailler et après son retour à la maison, terrifiée à l'idée de ne pas avoir l'équipement adéquat pour la protéger contre la COVID-19 et la possibilité de la transmettre à sa famille ou aux clients dont elle s'occupait.

Kristen s’est jointe à la campagne lancée par Unifor et cinq autres syndicats de la santé de la province pour exhorter le premier ministre McNeil de faire tout ce qui est nécessaire pour fournir l'équipement de protection individuelle (EPI) à tous les travailleurs et travailleuses de la santé.

Maintenant, Nick a déclaré qu'il poursuivait la cause de Kristen pour lui rendre hommage et s'assurer qu'aucun travailleur ou travailleuse de première ligne n'ait à subir ce qu'elle a vécu au quotidien.

Déjà, plus de 2 000 Néo-Écossais ont signé la pétition sur protectnsfrontline.ca et de nombreux travailleurs et travailleuses de la santé ont partagé leurs selfies pour sensibiliser la population à la campagne et inciter le premier ministre McNeil à agir.