La directrice de la région de l'Atlantique, Linda MacNeil, appelle à la prudence concernant le nouveau registre des professionnels de la santé en Nouvelle-Écosse

Partager
Main Image
Image

Linda MacNeil, directrice de la région de l’Atlantique d'Unifor, s'inquiète du projet du ministère de la Santé et du Bien-être de la Nouvelle-Écosse de créer un nouvel organisme gouvernemental de réglementation des professionnels de la santé.

« Nous sommes heureux d'avoir l'occasion de parler de ce qu'un nouveau registre signifierait pour les travailleuses et travailleurs de la santé, a déclaré Linda MacNeil. Nous ne sommes pas opposés à un nouvel organisme gouvernemental pour les professionnels de la santé réglementés dans le bon contexte, mais nous mettons en garde contre des registres basés sur les professions, car ils n'offrent que peu ou pas d'avantages tout en exerçant une pression financière sur les travailleuses et travailleurs moins bien payés. »

Unifor a fait une présentation au ministère de la Santé de la Nouvelle-Écosse à la suite de réunions tenues par le gouvernement avec le Conseil des syndicats de soins de santé de la Nouvelle-Écosse, dont Unifor est membre. Les consultations portent sur le projet de loi du gouvernement sur les professions de la santé de la Nouvelle-Écosse, qui envisage d’établir un registre des préposés aux soins continus pour réglementer la profession.

Linda MacNeil est particulièrement préoccupée par l'impact qu'aurait un registre sur la mise en œuvre des recommandations du groupe d'experts de la Nouvelle-Écosse sur les soins de longue durée.

« Dans notre présentation au groupe d’experts du gouvernement l’année dernière, nous avons, comme de nombreux autres syndicats, organisations et familles, indiqué très clairement que le secteur est en crise et que le gouvernement doit prendre des mesures urgentes pour remédier aux faibles niveaux de personnel, aux problèmes de recrutement et de maintien en poste et aux conditions de travail », a déclaré Linda MacNeil.

Unifor suggère qu'il existe des moyens plus efficaces et plus complets de résoudre les problèmes systémiques de recrutement et de maintien en poste dans les soins de longue durée, ainsi que d'autres moyens de collecter des données sur les effectifs pour la planification des ressources humaines dans le secteur sans créer un registre obligatoire des préposés aux soins continus.       

Pour lire la version complète de la présentation, cliquez ici. (en anglais seulement)