La Conférence sur la santé et la sécurité se penche sur les enjeux fondamentaux du lieu de travail

Main Image
Image
Participants at the 2022 Unifor Health and Safety Conference
Partager

Plus de 150 représentantes et représentants et chefs de file en matière de santé et de sécurité se sont réunis au Centre familial d’éducation d’Unifor à Port Elgin, en Ontario, pour la Conférence sur la santé et la sécurité 2022. Cette conférence, qui se tient tous les deux ans, était la première conférence sur la santé et la sécurité organisée en présentiel par le syndicat depuis quatre ans. La pandémie a fait en sorte que le syndicat national et les dirigeantes et dirigeants locaux ont été plus préoccupés que jamais par les questions de santé et de sécurité.

« La COVID-19 a créé d’immenses difficultés pour les travailleuses et travailleurs et les circonstances de chacun étaient différentes. Par conséquent, la pandémie a propulsé les représentantes et représentants en santé et en sécurité au premier plan, a déclaré Vinay Sharma, directeur de la santé et de la sécurité d’Unifor. Se réunir pour partager ce que nous avons appris et déterminer quelles politiques et actions continueront à améliorer la vie des travailleuses et travailleurs dans ce monde nouveau où nous vivons était indispensable. »
La conférence s’est ouverte avec un groupe de discussion composé de représentantes et représentants en santé et en sécurité provenant de divers secteurs et lieux de travail d’Unifor à travers le pays. L’ancienne directrice du Service de la santé, de la sécurité et de l’environnement, Sari Sairanen, a animé la séance et a admis combien la discussion pouvait être difficile pour certains.

« Si l’on observe la situation de la santé mentale dans tout le pays, force est de constater que la pandémie a été un élément déclencheur », a déclaré Sari Sairanen. Beaucoup d'entre vous, travailleuses et travailleurs de première ligne dans le commerce de détail et l’entreposage ou dans les usines automobiles et les soins de santé - ont dû trouver des moyens de s’adapter. Aucun secteur n’a été épargné par le bouleversement de la vie des travailleuses et des travailleurs. »
 

Image
Image
John Mullin

Ce que j'ai appris, c’est que lorsque l’entreprise veut faire quelque chose, elle en est capable. Je demandais des postes de lavage des mains depuis longtemps, mais il aura fallu une pandémie pour que tout d’un coup ils en mettent partout où nous le demandions

« La période a été dure - j’ai refoulé la plupart de ces souvenirs », a déclaré John Mullin, représentant de Santé et sécurité à Ford Canada. Ce que j'ai appris, c’est que lorsque l’entreprise veut faire quelque chose, elle en est capable. Je demandais des postes de lavage des mains depuis longtemps, mais il aura fallu une pandémie pour que tout d’un coup ils en mettent partout où nous le demandions. » Il a ajouté : « Je travaille avec 4 000 personnes; ce fut un moment vraiment difficile, mais je suis heureux que nous l’ayons traversé. »

En une semaine, nous avons tous perdu notre emploi - il n’y avait pas de PCU, pas de soutien pour nos membres à ce moment-là

Image
Image
Della Rogers

Les travailleuses et travailleurs des secteurs de l’hôtellerie et des jeux ont été frappés différemment : en effet, plutôt que de devoir trouver des moyens de travailler en pleine pandémie, c’est leurs lieux de travail qui ont été en grande partie fermés.

« En une semaine, nous avons tous perdu notre emploi - il n’y avait pas de PCU, pas de soutien pour nos membres à ce moment-là », a déclaré Della Rogers, représentante au Delta de Regina. « Comme nos membres ignoraient tout de la façon de faire une demande à l’assurance-emploi, nous avons dû imprimer les guides d’Unifor sur la manière de présenter une demande, puis je les ai postés à la main à chaque membre. »

Dans l’un des témoignages les plus émouvants, l’ambulancier ORNGE Peter Zanon a fait part de son vécu traumatisant et marquant en tant que travailleur de la santé de première ligne dans les premiers jours de la pandémie.
 

Image
Image
Peter Zanon

ORNGE a assuré le déplacement de plus de 13 000 patients au cours des deux dernières années, et les plus difficiles ont été ceux des premiers jours.

« ORNGE a assuré le déplacement de plus de 13 000 patients au cours des deux dernières années, et les plus difficiles ont été ceux des premiers jours », a déclaré Peter Zanon. 

Les difficultés avec lesquelles lui et les autres paramédicaux ont eu à composer comprenaient de nouveaux niveaux d’équipement de protection individuelle, la peur et le risque d’entrer en contact avec des patients positifs à la COVID et la crainte de rapporter le virus à leur famille à la fin de la journée.

Cette peur était constamment évoquée par les travailleuses et travailleurs. Pour les employés des centres d’appels, habitués à travailler au coude à coude dans des pièces bondées, des inquiétudes ont également surgi quant à leur sécurité au travail. Dans certains centres, comme celui où Sylvie Schmitt travaille à Air Canada, des membres ont été sélectionnés par l’employeur pour travailler à domicile afin de dégager un espace entre les travailleuses et les travailleurs. Cela posait néanmoins ses propres difficultés.

« Dans notre métier, tout ce que vous faites est enregistré, chronométré et comptabilisé, a déclaré Sylvie Schmitt. Si vos résultats n’étaient pas exceptionnels, vous n’étiez pas choisi pour le télétravail, et pour certains membres ayant des problèmes de santé particuliers ou d’autres soucis, cela représentait une véritable difficulté. »
 

Dans notre métier, tout ce que vous faites est enregistré, chronométré et comptabilisé. Si vos résultats n’étaient pas exceptionnels, vous n’étiez pas choisi pour le télétravail, et pour certains membres ayant des problèmes de santé particuliers ou d’autres soucis, cela représentait une véritable difficulté.

Image
Image
Sylvie Schmitt

Et bien sûr, les préoccupations concernant la santé et la sécurité ne se limitaient pas uniquement à celles qui entouraient la Covid-19. La pandémie n’a pas mis fin aux risques auxquels les travailleuses et travailleurs sont confrontés au quotidien. Au début de l’année, dans un tragique accident de travail, un membre d’Unifor a fait une chute de six pieds. Blessé à la tête, il est décédé deux jours plus tard à l’hôpital.

« Quand j’ai mis le pied dans l’usine, l’atmosphère était indescriptible, a déclaré David Abran, représentant à CP Rail. Ce travailleur avait 25 ans d’expérience et était bien connu. Cela a été très éprouvant pour les membres et ils y pensent tous les jours. »
 

Image
Image
David Arban

Ce travailleur avait 25 ans d’expérience et était bien connu. Cela a été très éprouvant pour les membres et ils y pensent tous les jours.

Les représentantes et représentants en santé et en sécurité sont également à l’affût des problèmes à long terme et systémiques qui présentent des risques graves pour les travailleuses et travailleurs. Représentant en santé et en sécurité et lauréat du prix Bud Jimmerfield 2022, Marc Roussel a parlé de sa victoire sur son employeur dans une usine de papier au Nouveau-Brunswick au sujet de l’amiante.

« Cette victoire a débouché sur une amélioration encore plus marquée de notre lieu de travail, où plusieurs des membres de l’équipe de direction qui avaient pris ces décisions sont maintenant partis, a déclaré Marc Roussel. Nous avons gagné ce procès, tout va désormais mieux sur notre lieu de travail, et la direction n’entreprend plus aucun projet sans nous consulter, moi et le comité de santé et de sécurité. »
 

Nous avons gagné ce procès, tout va désormais mieux sur notre lieu de travail, et la direction n’entreprend plus aucun projet sans nous consulter, moi et le comité de santé et de sécurité.

Image
Image
Marc Roussel

La conférence a permis aux déléguées et délégués de choisir parmi quatre options d’ateliers : Stress et anxiété en milieu de travail; Les traumatismes psychologiques - prévention, rétention et stratégies de retour au travail; Soutien par les pairs ou Santé mentale. 

Lana Payne, présidente nationale, s’est adressée aux déléguées et délégués au cours de la dernière journée, faisant valoir son engagement et celui de la direction du syndicat à soutenir les initiatives en matière de santé et de sécurité, y compris les mesures de soutien en santé mentale.
 

Image
Image
Présidente nationale d'Unifor Lana Payne avec des membres lors du congrès de Santé et sécurité 2022

Depuis l’arrivée de cette pandémie, plus de 45 400 Canadiennes et Canadiens sont décédés des suites de ce virus et des dizaines de milliers vivent avec la COVID longue. Elle a aggravé tant de choses, notamment notre santé mentale.

« La santé mentale et la dépendance ne sont pas un problème individuel, a déclaré Lana Payne. Dans vos propres lieux de travail, par exemple, combien de travailleuses et de travailleurs ne sont qu’à un chèque de paie de ne pas pouvoir payer leur loyer? »

Elle a encouragé les représentantes et représentants en santé et en sécurité à faire preuve de vigilance dans leur travail.

« Ce virus n’est pas mort. Il est toujours présent dans nos communautés et sur nos lieux de travail, a-t-elle déclaré. Depuis l’arrivée de cette pandémie, plus de 45 400 Canadiennes et Canadiens sont décédés des suites de ce virus et des dizaines de milliers vivent avec la COVID longue. Elle a aggravé tant de choses, notamment notre santé mentale. »

Appuyant ses propos, le directeur québécois Daniel Cloutier a rappelé aux membres de rechercher les causes profondes des pressions sur la santé mentale en milieu de travail.
 

Cette tâche est vitale et je vous remercie tous de l’avoir assumée.

Image
Image
Director québecois d'UniforDaniel Cloutier

« La structure même de notre mode de travail a des répercussions sur notre santé mentale », a déclaré Daniel Cloutier. Au-delà d’avoir un programme d’aide aux employés et à la famille en place, il nous faut reconsidérer notre façon de travailler afin de protéger notre santé mentale. Cette tâche est vitale et je vous remercie tous de l’avoir assumée. »

Pour en savoir plus sur les formations en santé et sécurité offertes et pour accéder à d’autres ressources et soutiens, veuillez communiquer avec Vinay Sharma, directeur de Santé, sécurité et environnement d’Unifor, à @email ou visitez la page de ressources du service à www.unifor.org/fr/ressources/sante-securite-et-environment