Vous êtes ici

L’interruption de service s’intensifie alors que les travailleuses et travailleurs de SaskTel sont mis en lock-out

7 oct 2019 - 0:00

Le 7 octobre 2019

REGINA – Après avoir annoncé un retour au travail plus tôt aujourd’hui, les travailleuses et travailleurs de SaskTel ont maintenant été mis en lock-out par l’employeur, annulant ainsi le retour au travail prévu dans d’autres sociétés de la Couronne.

« Alors que nous pensions que Scott Moe ne pouvait pas empirer les choses, il nous a prouvé le contraire, à partir de l’Asie en plus, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. Le gouvernement provincial a provoqué la grève des travailleurs des sociétés de la Couronne en imposant un gel salarial. Maintenant, il reste les bras croisés alors que l’employeur empêche les travailleuses et travailleurs de SaskTel de revenir au travail. »

Le 4 octobre à 00 h 01, près de 5 000 travailleuses et travailleurs de SaskEnergy, de SaskPower, de SaskWater, de DirectWest, de SecurTek et de l’Agence de la sécurité de l'eau ont entrepris des moyens de pression légaux après que le gouvernement de Scott Moe leur ait proposé un gel salarial de deux ans.

« La personne qui a décidé de mettre en lock-out les travailleurs de SaskTel n’a certainement pas vu toute l’énergie déployée sur nos lignes de piquetage », a indiqué Dave Kuntz, président de la section locale 1-S d’Unifor représentant les travailleuses et travailleurs de SaskTel dans les régions au sud de Davidson.

Selon Penny Matheson, présidente de la section locale 2-S d’Unifor basée à Saskatoon : « Nos membres sont prêts à faire tout ce qu’il faut pour forcer le gouvernement de Scott Moe à négocier une entente équitable. »

Aucun avis de lock-out n’a été donné aux autres membres en grève d’Unifor, amenant les travailleuses et travailleurs des sociétés de la Couronne à conclure que le gouvernement tente de diviser les membres du syndicat pour mieux régner.

« Nous allons demeurer sur la ligne de piquetage par solidarité avec les travailleuses et travailleurs de SaskTel et aussi pour nous assurer que l’employeur ne tente pas de créer de la division chez nos membres, a précisé Ian Davidson, président de la section locale 649 d’Unifor représentant les travailleuses et travailleurs de SaskEnergy et de SaskPower, faisant référence à une communication qu’il a reçue plus tôt aujourd’hui suggérant que les travailleuses et travailleurs à temps partiel ne pourraient pas revenir au travail.

Les travailleurs des sociétés de la Couronne et nos familles sont plus unis que jamais dans la campagne pour conclure une entente équitable, et ce n’est pas parce que le gouvernement a encore baissé les bras que cela change quoi que ce soit. »

Certains comités de négociation des sociétés de la Couronne négocient avec l’employeur depuis deux ans, et même plus, et offrent d’accepter des paiements forfaitaires (c’est-à-dire des primes à la signature) plutôt qu’une hausse du salaire de base au cours de la première année de l’entente. Ces comités ont également offert d’accepter au cours des années suivantes des hausses salariales qui sont inférieures à la hausse de 2,3 % que les députés se sont offert.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Ian Boyko, représentant aux communications d’Unifor, à l’adresse ian.boyko@unifor.org ou au numéro 778‑903‑6549 (cellulaire).