Vous êtes ici

Les travailleurs de la raffinerie approuvent les recommandations des médiateurs indépendants par une écrasante majorité

23 mar 2020 - 0:00

Le 23 mars 2020

REGINA—Les membres de la section locale 594 d'Unifor ont voté à 98 % en faveur des recommandations faites par Vince Ready et Amanda Rogers, les médiateurs nommés par le gouvernement pour aider à mettre fin au lock-out de 109 jours à la raffinerie Co-op.

« Le premier ministre Scott Moe a nommé Vince Ready et Amanda Rogers pour résoudre ce différend. Ils ont fait leur part. Le syndicat a maintenant accepté les recommandations. La seule chose qui empêche la fin de ce lock-out, c’est l’employeur qui exige encore de nouvelles concessions, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Nous avions demandé au premier ministre que ce processus soit contraignant, car il est clair qu'on ne peut pas faire confiance à la bonne foi de la Co-op. Nous avons eu raison. »

En plus d'ignorer les recommandations des médiateurs nommés par le premier ministre Moe, la Federated Co-operatives Limited (FCL) a utilisé la crise de la COVID-19 comme excuse pour essayer d'obtenir encore plus de concessions de la part des travailleurs du pétrole et du gaz.

Vince Ready et Amanda Rogers ont présenté huit recommandations le 19 mars 2020 qui comprenaient des changements radicaux au régime de retraite des travailleurs de la raffinerie, que la FCL avait déclarés nécessaires. Les conditions des médiateurs auraient permis à l'employeur d'économiser des millions de dollars, puisque les travailleurs auraient cotisé jusqu'à 8 % à leur pension, en plus des autres concessions majeures que la société avait demandées. 

« Les travailleurs de la raffinerie n'ont pas approuvé les recommandations des médiateurs parce qu'elles nous donnaient tout ce que nous voulions. Nous les avons approuvées parce qu'elles représentent un compromis raisonnable que l'entreprise n'a guère de raison de rejeter », a déclaré Kevin Bittman, président de la section locale 594 d'Unifor.

Unifor reste préoccupé par le fait que ce lock-out et le recours à des briseurs de grève venus de l'extérieur de la province dans un camp de travail surpeuplé s'éternisent au milieu d'une crise de santé publique qui menace l'économie provinciale.

« Nous avons besoin que le premier ministre Moe légifère pour mettre fin à cette situation et force la FCL à accepter l'accord maintenant ratifié », a déclaré M. Dias.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleuses et travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour les demandes des médias, contactez le représentant aux communications d’Unifor, Ian Boyko, à ian.boyko@unifor.org ou au 778-903-6549 (cell). Le président national d'Unifor, Jerry Dias, est disponible pour une interview vidéo sur FaceTime ou Skype.