Vous êtes ici

Les syndicats de la santé se réjouissent de l'amélioration significative des protections contre la COVID-19 pour 400 000 travailleuses et travailleurs de la santé

5 oct 2020 - 0:00

Le 5 octobre 2020

TORONTO – Aujourd'hui, le médecin hygiéniste en chef a publié la directive n° 5, qui prévoit, entre autres améliorations, que les masques de protection N-95 ou supérieure, les écrans faciaux et autres équipements doivent être fournis au personnel de santé travaillant en première ligne dans les établissements de soins de longue durée ou les hôpitaux confrontés à des éclosions de COVID-19.

« Les normes actualisées de la directive n° 5 sont l'aboutissement de nombreuses heures de collaboration franche et ouverte avec le ministère de la Santé. Je tiens à remercier sincèrement le gouvernement d'avoir adopté ces mesures de précaution améliorées qui placent la sécurité des travailleuses et travailleurs au premier plan. Il est impératif que la direction et les opérateurs s'acquittent des EPI nécessaires pour remplir leurs obligations en matière de santé et de sécurité sur le lieu de travail », a déclaré Sharleen Stewart, présidente de l’UIES Soins de santé.

Les normes renforcées stipulent que si une travailleuse ou un travailleur de la santé d'un établissement où il y a une éclosion entre en contact avec un cas suspecté, probable ou confirmé de COVID-19 chez un patient ou un résident, lorsqu'une distance de 2 mètres ne peut être assurée, cette travailleuse ou ce travailleur de la santé peut déterminer si un respirateur N-95 testé ou une protection équivalente ou supérieure approuvée est nécessaire et, le cas échéant, doit le recevoir.

« Notre priorité est la santé et le bien-être des femmes et des hommes qui travaillent dans le système de santé de l'Ontario et des personnes dont ces gens s'occupent. La gestion des hôpitaux et des établissements de soins de longue durée de l'Ontario doit répondre à ces exigences très fondamentales. Nous pensons que ces changements réduiront considérablement le risque d'infection pour les travailleuses et travailleurs de la santé et pour les personnes les plus vulnérables », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats des hôpitaux de l'Ontario (CSHO) du SCFP.

« En travaillant ensemble, les syndicats participants ont réussi à obtenir des conditions sur une directive qui, en toute honnêteté, pourrait sauver des vies, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. La nouvelle directive n°5 est le point culminant d'une collaboration franche et ouverte avec les représentants du médecin hygiéniste en chef et du gouvernement. C'est un exemple de ce que nous pouvons accomplir lorsque les décideurs gouvernementaux et les syndicats travaillent ensemble sur des objectifs communs. »

« En protégeant tout le personnel infirmier et tous les travailleurs et travailleuses de la santé, quel que soit le lieu de prestation des soins, nous protégeons tous les Ontariens. En collaboration avec les syndicats de la santé de l'Ontario, l'AIIO, le SEFPO, le SCFP Ontario, l’UIES et Unifor, et le gouvernement provincial, nous avons collectivement amélioré la directive n° 5, de sorte qu'elle contribue désormais à assurer une protection adéquate de la santé et de la sécurité et renforce la responsabilité des employeurs de veiller à ce que cette protection soit facilement accessible. Cette amélioration profite à tous les Ontariens dans notre lutte contre la pandémie », a déclaré Vicki McKenna, infirmière autorisée, présidente de l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario.

« Ces améliorations apportées à la directive n° 5 rendront nos hôpitaux et nos maisons de soins de longue durée nettement plus sécuritaires pour nos travailleuses et travailleurs de la santé et pour tous les Ontariens. Je félicite le gouvernement d'avoir écouté les syndicats de la santé et d'avoir mis en place ces améliorations. Nos travailleuses et travailleurs de la santé de première ligne ont besoin de notre soutien dans la lutte contre cette pandémie et nous devons continuer à travailler ensemble pour assurer leur protection dans le cadre de la lutte contre ce virus », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO).   

Le CSHO-SCFP, l’UIES et Unifor ont déposé une demande d’examen judiciaire pour annuler la directive précédente. L'amélioration des normes signifie que la demande d’examen judiciaire de la directive n° 5 sera retirée.

Pour solliciter des entretiens, en personne ou via Skype ou FaceTime, veuillez contacter les personnes suivantes:

UIES Soins de santé – Corey Johnson à c.johnson@seiuhealthcare.ca  ou au (416) 529-8909 (cell)

SCFP/CSHO – Michael Hurley à michaelhurley@ohcu.on.ca ou au 416-884-0770 (cell)

Unifor – Hamid Osman à hamid.osman@unifor.org ou au 647-448-2823 (cell)

AIIO – Sheree Brown à shereeb@ona.org ou au 416-986-8240 (cell)

SEFPO – Steve Fairbairn à sfairbain@opseu.org ou au 416-802-1074 (cell)