Vous êtes ici

Les pourparlers avec Air Canada échouent par suite de l'ingérence de la GTAA

TORONTO, le 1er avril 2015 /CNW/ - La campagne que menait l'Autorité aéroportuaire du Grand Toronto (GTAA) pour transformer des emplois de la classe moyenne en emplois à faible salaire a entraîné l'interruption des pourparlers entre Air Canada et le personnel des ventes et du service à la clientèle.

« La GTAA a fait avorter les négociations nationales et a mis en péril les activités aéroportuaires d'un océan à l'autre », a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor.

La GTAA exige que tous les services aux passagers ayant besoin d'un fauteuil roulant ou d'une assistance spéciale soient externalisés à l'aéroport international Pearson. Cette exigence entraînerait une baisse de salaire de 50 % pour environ 130 travailleurs.

« Les progrès considérables que nous avions accomplis à la table de négociation ont été freinés lorsqu'il est devenu évident que la GTAA bloquait une solution et qu'Air Canada ne souhaitait pas résoudre cette question, a affirmé Cheryl Robinson, présidente de la section locale 2002 d'Unifor. Compte tenu des autres menaces qui pèsent sur notre sécurité d'emploi, il ne sert à rien de poursuivre les négociations tant que cette question n'est pas réglée. »

Ces derniers temps, la GTAA défraie la chronique depuis qu'Unifor l'a accusée de pratiquer le « changement de contrat ». Cette pratique, qui consiste à changer de fournisseurs de services tous les deux ou trois ans pour réduire les coûts, est légale mais contraire à l'éthique. Dès qu'un nouveau contrat entre en vigueur, les employés doivent présenter de nouveau leur candidature, font face à l'insécurité et subissent généralement une réduction de salaire. La GTAA a été la cible de deux manifestations portant sur les faibles salaires en mars.

Unifor représente plus de 14 500 travailleurs dans l'industrie du transport aérien et les industries connexes. Représentant plus de 305 000 travailleurs, Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada. Fondé pendant la fin de semaine de la fête du Travail en 2013, il est issu de la fusion des Travailleurs canadiens de l'automobile et du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier.

SOURCE Unifor