Vous êtes ici

Les gouvernements doivent prendre des mesures urgentes pour sauver les emplois de Bombardier à Thunder Bay

27 aoû 2020 - 0:00

Le 27 août 2020

THUNDER BAY— Unifor exhorte tous les paliers gouvernementaux à garantir des engagements de produits avec l'usine Bombardier à Thunder Bay, attendus depuis longtemps, alors que la société a annoncé hier de nouvelles mises à pied dévastatrices d'environ 40 % de la main-d'œuvre actuelle de l'usine.

« Au cours des trois dernières années, Unifor a exhorté tous les niveaux de gouvernement à prendre des mesures immédiates et décisives pour obtenir des commandes de produits avec l'usine afin de protéger les emplois de centaines de travailleuses et travailleurs hautement qualifiés dans cette installation de classe mondiale, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Alors que le ralentissement économique risque de se prolonger au pays, il est impensable que les gouvernements restent les bras croisés, autorisent davantage de mises à pied et mettent en péril une usine de fabrication qui sera cruciale pour la relance économique du Canada après la crise. »

Les mises à pied toucheront 200 travailleuses et travailleurs et se feront en deux étapes: 125 seront mis à pied en octobre 2020 et 75 autres en 2021. Sachant à quel point l’usine a besoin d’engagements sur des produits, Unifor a commencé à rencontrer des responsables municipaux, provinciaux et fédéraux au début de 2018 afin de consolider des engagements de financement et de garantir l'achat de nouvelles rames de métro et de tramways à deux niveaux fabriqués dans l'usine. Le conseil municipal de Toronto a consolidé ses plans de financement des transports en commun à la fin de 2019, tandis que les gouvernements fédéral et ontarien continuent de se reprocher mutuellement de ne pas avoir finalisé les plans de la province en matière de transports en commun.

En mai dernier, environ 60 travailleuses et travailleurs de l'usine ont été rappelés pour assembler des ventilateurs dans le cadre de la stratégie liée à la COVID-19 du gouvernement de l'Ontario. Ce travail s'achèvera dans les deux prochains mois, à peu près au moment où l'entreprise prévoit de procéder à la prochaine série de mises à pied. Répondre au besoin immédiat de la TTC de 60 tramways supplémentaires permettrait de soutenir l'usine à court terme, et de créer un pont vers des projets d'approvisionnement en transport en commun à plus long terme.

« L'usine et ses travailleuses et travailleurs ont toujours contribué à répondre aux besoins de fabrication du pays, des ventilateurs de survie jusqu’aux trains, autobus et avions, en passant même par des dragueurs de mines en temps de guerre, a déclaré Dominic Pasqualino, président de la section locale 1075 d'Unifor. Cette usine a toujours fait preuve de dynamisme en temps de crise et c'est exactement là où nous nous trouvons aujourd'hui. La voie de la relance économique passe par des véhicules de transport en commun écologiques fabriqués au Canada qui pourraient facilement être construits par nos membres à Thunder Bay dès maintenant. »

Des études récentes sur les retombées économiques de l'usine de Bombardier ont montré que chaque emploi maintenu dans l'usine soutient entre 1,5 et 2,8 emplois supplémentaires à temps plein, dont plusieurs en Ontario et dans la région du Grand Toronto. La valeur de ces emplois représente un montant combiné de 184 millions de dollars en rémunération du travail et un PIB direct et des recettes fiscales d'environ 545 millions de dollars et 33,5 millions de dollars respectivement.

À pleine capacité, l'usine de Bombardier est sans conteste le plus grand employeur du secteur privé de Thunder Bay, soutenant des emplois de haute qualité et de la classe moyenne pour des centaines de familles. La perte de certains de ces emplois a déjà porté un coup économique important à Thunder Bay et à l'Ontario, mais jusqu'à présent, elle a été temporaire.

« Nous avons besoin que le Premier ministre Ford et le Premier ministre Trudeau cessent de retarder les commandes de produits et les fassent parvenir aujourd'hui. Le fait de ne pas commander les véhicules de transport en commun maintenant risque de rendre permanents les dommages causés par ces mises à pied », a ajouté M. Pasqualino.

Pour les demandes des médias, contactez David Molenhuis, représentant national aux communications d’Unifor, à david.molenhuis@unifor.org ou au 416-575-7453 (cell).