Vous êtes ici

Les femmes journalistes subissent plus d’inégalités pendant la pandémie

24 juil 2020 - 0:00

TORONTO - Les femmes journalistes font état d’une hausse des inégalités pendant la pandémie de la COVID-19, alors que plus de la moitié d'entre elles déclarent avoir personnellement vécu une hausse de ce problème dans le cadre d’une nouvelle enquête de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) diffusée aujourd'hui.

« Les attentes et les pressions ne sont pas réparties de manière égale. Il est clair que les femmes journalistes portent le poids de l'impact de cette pandémie, tout comme les femmes de tous les secteurs industriels, a déclaré le président national d'Unifor, Jerry Dias. Les médias et les syndicats doivent faire de l'égalité des genres une priorité dans leurs plans de lutte contre la pandémie. »

L'enquête de la FIJ, qui a interrogé 558 femmes journalistes dans 52 pays, a révélé que l'augmentation des inégalités entre les genres a eu des conséquences dévastatrices sur leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée (62 %) et sur leurs responsabilités professionnelles (42 %).

Parmi les répondantes canadiennes, près de 6 sur 10 ont déclaré que la COVID-19 a accru les inégalités entre les genres dans le secteur, 8 sur 10 signalant une augmentation du stress due au manque de services de garde d'enfants, à la gestion de tâches multiples tout en travaillant à domicile, à la peur et à l'impact psychologique de la couverture de la pandémie et à l'inquiétude concernant la perte de travail ou de revenus.

Unifor se joint à la FIJ, la plus grande organisation mondiale de journalistes professionnels, pour exiger que les entreprises de médias et les organisations syndicales prennent des mesures concrètes afin d’offrir aux travailleuses des conditions de travail décentes.

Unifor a lancé un sondage auprès de ses membres sur l'impact du travail à domicile sur tous les travailleurs et travailleuses des médias, afin d'étudier les priorités et de déterminer les besoins.

« Notre syndicat s'engage auprès de ses membres, des employeurs du secteur des médias et des gouvernements pour lutter contre l'inégalité entre les genres et faire pression pour que des mesures soient prises sur les priorités, notamment l'accès à des services de garde d'enfants pour ces travailleuses et travailleurs essentiels », a déclaré Lana Payne, ancienne journaliste et première femme élue secrétaire-trésorière nationale d'Unifor.

Le sondage a également révélé qu'à la suite de la pandémie de la Covid-19:
• Plus de ¾ des répondants ont vu leur niveau de stress augmenter, la moitié d'entre eux indiquant que le cumul de tâches en était la cause principale;
• Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que leur santé avait été affectée, ce qui a entraîné des problèmes de sommeil pour près de ¾ d'entre elles;
• Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que les syndicats n'avaient pas élaboré de stratégies spécifiques pour lutter contre les inégalités entre les genres pendant la pandémie;
• Un tiers des personnes interrogées déclarent travailler « principalement à domicile » et un autre tiers a travaillé principalement au bureau; 15 % ont travaillé principalement sur le terrain.

L’enquête de la FIJ s’est déroulée entre le 19 et le 30 juin.
• Lisez la version complète des résultats de l’enquête ou
• Téléchargez les illustrations graphiques

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir. Des informations sur la réponse du syndicat à la pandémie ainsi que des ressources pour les membres se trouvent à l’adresse unifor.org/COVID19.

Pour les demandes des médias ou organiser une entrevue par Skype ou Zoom avec Jerry Dias, contactez la représentante aux communications d’Unifor, Kathleen O’Keefe, à kathleen.okeefe@unifor.org ou au 416-896-3303 (cell.).