Vous êtes ici

Les dirigeants malhonnêtes de la Co-op utilisent un stratagème de négociation pour prolonger le lock-out de 60 jours

3 fév 2020 - 0:00

Le 3 février 2020

REGINA- Unifor est prêt à négocier une entente équitable pour mettre fin au lock-out de 60 jours, mais les dirigeants de la Federated Co-operatives Limited (FCL) ont prouvé qu'ils n'avaient aucune intention de négocier de bonne foi après leur conduite irrespectueuse de vendredi dernier.

« Nous les avons pris au mot la semaine dernière, et les travailleurs de la raffinerie ont été déçus une fois de plus que la Co-op refuse de négocier de bonne foi et n'ait même pas fait une contre-offre à la nôtre qui comprenait 20 millions de dollars d'épargne au régime de retraite pour la compagnie », a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor.

Vendredi à 9 heures, toutes les clôtures aux portes de la raffinerie ont été enlevées comme condition pour retourner à la table de négociation.

« Ils ont fait sortir autant de camions de carburant que possible et ont fait venir de la nourriture et des fournitures pour réapprovisionner leur camp de briseurs de grève. Ils ont fait traîner les choses en longueur pour y parvenir, avant qu'il ne soit clair pour nous que ce n'était que du théâtre », a déclaré Jerry Dias.

Au cours des discussions de vendredi, Unifor a présenté une nouvelle offre qui permettrait à l'employeur d'économiser plus de 20 millions de dollars. Les travailleurs de la raffinerie ont proposé de cotiser jusqu'à six pour cent de leurs revenus à leur pension, de modifier les règles relatives à la solvabilité du régime de retraite qui réduiraient les paiements spéciaux annuels de l'employeur, et les travailleurs pourraient choisir entre la pension à prestations définies et le nouveau régime à cotisations définies.

La FCL a répondu en demandant de nouvelles concessions qui auraient affecté les horaires et la sécurité, en plus des demandes actuelles de concessions visant à éviscérer les pensions et les avantages sociaux. 

« Au cours de toutes mes années de négociation, je n'ai jamais vu un tel manque de respect envers les travailleurs, des travailleurs qui, contrairement à la Co-op, n'ont pas des milliards à dépenser dans ce conflit, alors ils continueront à agir avec le soutien des membres du syndicat à travers le Canada », a déclaré Jerry Dias.

D'autres membres du syndicat de tout le Canada viennent à Regina cette semaine pour se joindre à la ligne de piquetage.

Unifor garde espoir que le gouvernement de la Saskatchewan interviendra et forcera les deux parties à recourir à l'arbitrage obligatoire avant que ce conflit de travail prolongé ne cause davantage de tort aux familles, aux agriculteurs, aux membres de la Co-op et aux détaillants de la région de Regina. 

Des représentants d’Unifor seront disponibles pour des entrevues avec les médias après le rassemblement à la porte 7 à 13 h sur la ligne de piquetage. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, sera sur la ligne de piquetage pour parler aux membres de la section locale 594 d’Unifor.

Les faits

Négociations récentes:

  • Le mercredi 29 janvier, après sept semaines de lock-out, la section locale 594 d'Unifor a proposé de revenir à la table de négociation et a transmis une offre monétaire complète pour examen.
  • Les parties sont revenues à la table le 31 janvier, après que la compagnie ait reçu l'offre écrite du syndicat pendant deux jours, et que le syndicat ait autorisé les véhicules à avoir un accès complet à la raffinerie.
  • L'employeur et le syndicat sont restés à la table pendant 11 heures, tandis que l'employeur a fait traîner les négociations, dans un stratagème visant à réapprovisionner le camp de briseurs de grève et à faire sortir du carburant hors de l'installation. 
  • Dans la soirée du 31 janvier, la Co-op a déclaré au comité de négociation de la section locale 594 d'Unifor qu'elle n'avait « aucun intérêt » à revoir son offre monétaire.
  • Au lieu de s'engager de bonne foi, la Co-op a demandé des concessions supplémentaires, y compris d’éliminer le poste de président de la section locale 594 d'Unifor de l'unité de négociation.

L’offre de la section locale 594 d’Unifor proposait:

  • Un taux de cotisation personnelle de 6 % au régime de retraite;
  • La possibilité pour les participants de passer du régime à prestations définies au régime à cotisations définies;
  • L’ajustement des règles de solvabilité du régime, en coordination avec le gouvernement provincial.  

La Co-op cherche à démanteler le syndicat:

  • La Co-op a mis en lock-out les membres de la section locale 594 d'Unifor le 5 décembre 2019.
  • Depuis le lock-out, il n'y a pas eu d'inspection complète des mesures de santé et de sécurité, malgré les multiples incidents observés sur la ligne de piquetage.
  • La Co-op a fait venir des briseurs de grève par hélicoptère, et n'a pas cessé depuis.
  • La raffinerie de la Co-op à Regina génère 3 millions de dollars de bénéfices par jour lorsque les membres d'Unifor sont au travail.
  • Le camp de briseurs de grève actuel a été érigé près de l'installation en octobre dernier, pendant les négociations.
  • La Co-op a demandé le permis de construire le camp de briseurs de grève des semaines avant le début des négociations en janvier dernier.

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Canada, représentant 315 000 travailleurs dans tous les grands secteurs de l’économie. Le syndicat milite pour tous les travailleurs et leurs droits; il lutte pour l’égalité et la justice sociale au Canada et à l’étranger, et aspire à provoquer des changements progressistes pour un meilleur avenir.

Pour les demandes des médias ou pour solliciter une entrevue, veuillez communiquer avec Hamid Osman, représentant aux communications d’Unifor, au (647) 448-2823 ou à l’adresse hamid.osman@unifor.org.