Vous êtes ici

Les délais à l’Hôtel W de Toronto n’affecteront pas les emplois syndiqués

17 juin 2020 - 0:00

Le 17 juin 2020

TORONTO – L'annonce de cette semaine selon laquelle la société Marriott International retardera les projets de rénovation et de réouverture de son établissement de Yorkville, sous la bannière de Hôtel W, en invoquant la pandémie de la COVID-19, n'affectera pas les emplois syndiqués, a établi Unifor.

« Alors que les pires effets de la pandémie sont peut-être derrière nous et que les lieux de travail commencent à rouvrir, la dernière chose que nous voulons, c'est que les travailleuses et travailleurs se rendent compte qu'ils n'ont pas d’emploi où retourner, a déclaré Jerry Dias, président national d'Unifor. Nous savions que cette rénovation serait longue et nous étions certains de protéger la sécurité d'emploi de nos membres en cas de retard, de changement ou d’urgence qui interromprait le projet, comme c’est le cas en ce moment. »

En juillet de l'année dernière, la société Marriott a annoncé qu'elle entreprendrait un projet de réaménagement de 40 millions de dollars qui transformera sa propriété actuelle, située dans le quartier Yorkville de Toronto, en premier Hôtel W au Canada. Les plans de développement prévoient une mise à niveau importante de la propriété, notamment en ce qui concerne les services de restauration et de boissons, ainsi qu'un quasi-doublement des emplois syndiqués de l'hôtel sur le site.

L'annonce de Marriott International Inc. de retarder la réouverture de la propriété de l'hôtel ajoute aux difficultés que les travailleuses et travailleurs de l'industrie hôtelière ont déjà rencontrées tout au long de la pandémie de la COVID-19. Toutefois, les dispositions de la convention collective d'Unifor, mises en place l'année dernière, offrent des protections essentielles aux travailleuses et travailleurs du secteur de l'hôtellerie et de la restauration, notamment:

  • des garanties que l'employeur ne pourrait pas convertir la propriété en condominiums;
  • un empêchement de toute sous-traitance du travail des membres du syndicat;
  • la suppression des incitations à refuser les services d'entretien ménager par le biais de programmes nuisibles tels que le programme Choix vert;
  • la protection des droits fondamentaux des travailleuses et travailleurs à retrouver leur emploi après de longues rénovations.

« L'essentiel est que, quel que soit le temps nécessaire pour achever les rénovations de l'Hôtel W, les travailleuses et travailleurs actuels se voient garantir le droit de retrouver leur ancien emploi ou un emploi comparable, sans avoir à poser leur candidature à nouveau », a déclaré M. Dias.

Alors que les travailleuses et travailleurs du secteur de l'hôtellerie et de la restauration continuent de faire face à certaines des mises à pied les plus dévastatrices du pays, Unifor continue de revendiquer auprès de tous les paliers gouvernementaux des soutiens nécessaires aux travailleuses et travailleurs touchés par la pandémie, notamment en élargissant les programmes d'aide financière directe ainsi qu'en offrant une assurance-médicaments pour tous.

Pour solliciter une entrevue en personne ou par Skype ou FaceTime, veuillez contacter le représentant national aux communications d’Unifor, David Molenhuis, à david.molenhuis@unifor.org ou au 416-575-7453 (cell).