Vous êtes ici

Les contrôleurs aériens du Canada mettent en garde la Commission des transports contre les risques de sécurité liés aux fermetures de tours et aux coupures de service

Un avion passe passe derière une tour de contrôle du trafic aérien.
28 Jan 2021 - 0:00

Le 28 janvier 2021

Ottawa – L'Association canadienne du contrôle du trafic aérien (ACCTA), le syndicat qui représente tous les contrôleurs aériens du pays, soulèvera aujourd'hui de graves préoccupations en matière de sécurité publique devant le Comité des transports de la Chambre des communes au sujet des fermetures de tours de contrôle aérien et des réductions de services prévues à la suite d'un examen en cours de NAV Canada.

« Nous comprenons que NAV Canada a subi une baisse importante de ses revenus en raison de la pandémie et qu'elle doit trouver des moyens de réaliser des économies, mais nous ne pouvons pas permettre que la sécurité publique soit compromise", a déclaré le président et chef de la direction de l'ACCTA, Doug Best. "Le contrôle aérien est connu pour être l'une des professions les plus exigeantes et les plus stressantes qui soient. Les compressions effectuées par NAV Canada ne feront qu'accroître la pression sur les travailleurs essentiels qui assurent la sécurité de notre ciel ».”

Le mois dernier, plus de 100 contrôleurs aériens ont reçu des avis de licenciement, ce qui aura de graves répercussions sur le service dans quatre centres de contrôle régional à Gander, Moncton, Montréal et Edmonton, ainsi que dans les tours de contrôle de St-Jean, Québec, Windsor, Sault Ste Marie, Regina, Fort McMurray, Prince George et Whitehorse. Malgré l'assurance préalable de NAV Canada portant qu'aucune décision ne serait prise tant que l'examen ne serait pas terminé et approuvé par Transports Canada, les employés des sept tours de contrôle visées par l’examen ont déjà reçu des lettres de NAV Canada indiquant son intention de fermer les tours.

« Ces lettres confirment que l'issue de l'examen avait été fixée d'avance et nous demandons à Transports Canada d'interrompre le processus du fait que NAV Canada n’a pas agi raisonnablement et de bonne foi », a ajouté M. Best. « Le gouvernement fédéral s'est engagé publiquement à faire en sorte que le secteur de l'aviation puisse être le moteur de notre reprise économique lorsque la pandémie se calmera, mais avec les réductions de services de NAV Canada, notre système de navigation aérienne n'aura pas la capacité de fonctionner en toute sécurité lorsque le trafic reviendra à la normale. »

« Avant que la pandémie ne frappe, le Canada faisait face à une pénurie de 13 % de contrôleurs aériens, la facture annuelle des heures supplémentaires de NAV Canada s'élevait à 100 millions de dollars et Transports Canada a ordonné à NAV Canada de revoir son système de gestion de la fatigue après avoir soulevé ses préoccupations en matière de sécurité. Si NAV Canada effectue les réductions de niveaux de service prévues, l'ACCTA estime que la pénurie de contrôleurs aériens atteindra 20 % d'ici juin 2021, et presque tous les stagiaires du système ont été licenciés ».

Pour en savoir plus, communiquez avec:

Doug Best, président et chef de la direction

Association Canadienne du contrôle du trafic aérien

Tél.: 613.796.5045

Courriel: dbest@catca.ca