Vous êtes ici

Les chauffeurs d’autobus scolaires d’Unifor ratifient des ententes offrant plus d’heures rémunérées

6 mai 2019 - 0:00

TORONTO – Les chauffeurs d’autobus scolaires qui travaillent pour Stock Transportation dans les divisions nord et sud de Toronto ont ratifié deux nouvelles conventions collectives de trois ans le samedi 4 mai dernier.

« Je suis fière de la détermination des comités de négociation qui ont négocié un système de rémunération qui reconnaît toutes les heures de travail associées à l’exercice des fonctions quotidiennes des chauffeurs d’autobus scolaires, a déclaré Debbie Montgomery, présidente de la section locale 4268 d’Unifor. Les chauffeurs seront maintenant rémunérés dès qu’ils commencent à travailler, et ce jusqu’à ce qu’ils terminent chacun des quarts fractionnés du matin et de l’après-midi. »

Unifor représente plus de 575 chauffeuses et chauffeurs d’autobus scolaires offrant des services pour les commissions scolaires francophones, du district de Toronto et du district catholique de Toronto.  La conduite d’un autobus scolaire est un engagement quotidien continu comportant des quarts de travail fractionnés de 7 h à 17 h 30.

Les nouvelles ententes comprennent une hausse de 8,1 % du salaire de base sur 3 ans et garantit une rémunération d’au moins 4 heures. Surtout, les chauffeurs seront maintenant payés pour toutes les heures travaillées lorsque leurs trajets ou tâches dépassent cette période de quatre heures.

Les ententes offrent plus d’heures rémunérées aux chauffeurs.  Par exemple, un chauffeur dont le trajet exige un temps de déplacement considérable avant que les élèves montent dans l’autobus et après qu’ils en soient descendus et qui travaille 5,5 heures, mais qui n’est payé que pour 4 heures de travail sera maintenant rémunéré pour l’intégralité de ces 5,5 heures de travail.

 « Pour ceux qui ne travaillent pas dans l’industrie, il est difficile d’imaginer un système qui ne tient pas compte de toutes les heures travaillées, mais le secteur du transport d’élèves en Ontario comporte de nombreuses lacunes qui contribuent à la pénurie systématique de chauffeurs, a indiqué Jerry Dias, président national d’Unifor. Stock Transportation le reconnaît, et j’espère que d’autres entreprises vont emboîter le pas. »

D’autres fonctions du travail n’étaient pas non plus rémunérées, comme la formation et les réunions obligatoires, lesquelles seront maintenant payées en vertu des conditions de cette convention collective.

« Nous croyons que de rémunérer adéquatement les chauffeurs pour leur temps permettra de remédier à la pénurie de chauffeurs d’autobus en Ontario, et nous espérons que Stock Transportation affectera régulièrement des chauffeurs professionnels sur tous ses parcours, a précisé Len Poirier, directeur du secteur du transport routier d’Unifor.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Kathleen O’Keefe, représentante aux communications d’Unifor, à l’adresse kathleen.okeefe@unifor.org ou au numéro 416-896-3303 (cellulaire).